• Accueil
  • > Recherche : vue en coupe

Résultats de votre recherche

Lanterne magique cylindrique AUBERT

Posté par Patrice Guerin le 5 juin 2021

Aubert Cylind 01Lanterne cylindrique Aubert

Alors que la Maison Lapierre existe depuis 6 ans, Louis Aubert dépose un brevet pour une lanterne magique cylindrique très innovante à l’époque. Fabriquée en fer blanc, elle est rutilante avec un corps en métal blanc brillant, des galeries inférieure et supérieure finement découpées avec vernis rouge, une base de cheminée cylindrique et conique en cuivre et un chapeau de cheminée pyramidal godronné peint en noir. Ce modèle mesure 39 cm de haut.

Aubert Cylind 02  Plaque d’identification située sous l’objectif

A l’époque il n’existe que le modèle carré et les lanternes aux vernis multicolores ne sont pas encore fabriquées.

VOIR : Lanterne magique carrée en fer blanc - Lanternes magiques jouet

Cette lanterne “breveté” est présentée dans l’additif du brevet n°21204 déposé le 28 octobre 1854 par “Louis Aubert, fabricant d’instruments de physique à Paris, rue Grenetat n°3”.

VOIR : Éclairage lanterne magique Système AUBERT

Aubert Cylind 03  Aubert Cylind 04  Pages du certificat d’addition du 16 janvier 1855. Source INPI.

Certificat d’addition du 16 janvier 1855 : « les perfectionnements que je viens d’annexer à mon brevet principal comportent les caractères distinctifs suivants :

L’application à l’appareil d’un système de ventilation pour favoriser la bonne combustion de la lampe.

Aubert Cylind 05Vue arrière de la lanterne cylindrique Aubert

La forme cylindrique du corps de la boite de manière à supprimer toute espèce d’angle ou de recoin à l’intérieur de l’enveloppe, à éviter aussi tout séjour d’évaporation dans les angles supprimés et favoriser l’évaporation.

Aubert Cylind 06b  Vue intérieur de la lanterne cylindrique Aubert

Le nivellement du fond sur lequel sont placées les rainures directrices de la lampe à la hauteur même de la porte à charnière pour en faciliter l’introduction et la sortie.

Aubert Cylind 07  Vue du décor latéral de la lanterne cylindrique Aubert

Le perlage ornementé de la lanterne formant un dessin de l’effet le plus gracieux… qui se distingue de l’ornementation assez grossière des lanternes ordinaires (carrées).

Aubert Cylind 08Vue du passage de vue avec plaque de verre de 7,8 cm de haut

La suppression de l’embase carrée qui existe d’ordinaire à l’extérieur de l’enveloppe et d’où part le tube objectif et la disposition à l’intérieur du corps d’un canal transversal pour le placement et le déplacement des images.

Aubert Cylind 09Vue du dessous

Une galerie à jour forme son couronnement inférieur et permet à l’air extérieur de pénétrer dans l’intérieur du corps par des ouvertures ménagées sur le fond du dit corps.

 

 

 

Publié dans Lanternes magiques | Pas de Commentaires »

Le livre : Projections MOLTENI, les appareils et accessoires

Posté par Patrice Guerin le 23 octobre 2017

Molteni livre 01Livre : Projections MOLTENI 1 Appareils et Accessoires – Décembre 2017

Ce beau livre, publié en décembre 2017, présente tous les appareils en rapport avec les Projections Lumineuses, fabriqués et commercialisés par la Maison MOLTENI puis par ses repreneurs RADIGUET & MASSIOT, depuis la création de l’entreprise familiale en 1782 jusqu’aux années 1930.  « I received your book earlier this week… What a beautiful book! Sjur Norvège. »

Voir : Histoire de la maison MOLTENI

Molteni livre 10Catalogue général MOLTENI de 1859 et lanterne magique

Cette “Maison” d’appareils scientifiques est relativement méconnue, et pourtant, c’est la première et la plus importante en France dans le domaine de l’optique et des Projections Lumineuses. « Le plus ancien constructeur de lanterne est M. Molteni… Il apporta successivement de nombreux perfectionnements à ses appareils. » “Traité Général des Projections” tome 1er par Eugène TRUTAT, Editions Charles Mendel 1897.

Molteni livre 03  Molteni livre 04Brevet MOLTENI de 1873 et lanterne correspondant à ce brevet

Les classifications et appellations d’origine ont été respectées dans la mesure du possible et sous réserve d’avoir accès  au maximum de catalogues anciens pour effectuer des recoupements. Celles-ci sont à l’origine des trois grands chapitres du livre.

Molteni livre 05  Pages 16 et 17 du livre MOLTENI

Le premier chapitre concerne les “Articles du Commerce” vendus par la Maison MOLTENI, principalement dans les premiers temps. Il s’agit d’appareils fabriqués par d’autres, souvent même en Angleterre que la Maison commercialise.

Molteni livre 06  Pages 74 et 75 du livre, représentant les principales familles d’appareils MOLTENI

Le deuxième chapitre concerne les appareils fabriqués par la Maison MOLTENI qui sont particuliers à cette entreprise et possèdent quelques caractéristiques communes : lanternes solides en forte tôle peinte en noir avec filets dorés, cheminée circulaire, optique de grande qualité entièrement en cuivre, etc.

Voir : Les lanternes de projection MOLTENI

Molteni livre 07  Pages 158 et 159 du livre, représentant les principales familles d’appareils RADIGUET & MASSIOT

Le troisième chapitre concerne les appareils construits par les successeurs RADIGUET & MASSIOT à partir de 1900, on y voit à la fois une certain nombre de lanternes reprenant les caractéristiques des appareils conçus MOLTENI, hormis la cheminée qui devient rectangulaire et l’apparition de la tôle de Russie lustrée, et aussi des appareils complètement nouveaux répondants à d’autres besoins et à une clientèle plus variée.

Voir : Lanterne “Caméléon” de MASSIOT

Molteni livre 08 Appareil de projection “Universel” RADIGUET & MASSIOT, type Lycées 1930

On ne trouve dans cet ouvrage que des lanternes de projection, c’est à dire des appareils possédant trois éléments essentiels : une boîte à lumière contenant l’éclairage, un système optique fixe ou mobile et, entre les deux, un passage ou un support destiné à positionner des vues transparentes ou opaques, ainsi que des objets utilisés pour les démonstrations scientifiques ou pour l‘enseignement.

Voir : Un banc d’optique ancien fabriqué par la Maison MASSIOT

Par contre les éclairages, qu’Alfred MOLTENI utilisait et maitrisait parfaitement, ne sont pas abordés ici, car le sujet est trop vaste et mérite un ouvrage à lui seul. Il en est de même pour les vues de projection qui étaient l’autre grande spécialité de la Maison MOLTENI à la fin du XIXe siècle.

fichier pdf BdC Molteni 3 à télécharger

 

 

Publié dans Lanternes projection, Projections et Enseignement, Projections scientifiques | Pas de Commentaires »

Plaques animées MOLTENI

Posté par Patrice Guerin le 30 décembre 2016

Molteni plaque 3 Tableau mécanisé grosse caisse

En 1843, le catalogue de la maison MOLTENI & Cie ne consacre qu’une seule page aux lanternes magiques, sous l’intitulé “Articles pour étrennes”. En plus de la lanterne carrée en fer blanc déclinée en 9 dimensions avec ses douze bandes de vues sur verres aux tailles correspondantes, on y trouve des « fantasmagories de toutes dimensions avec grand assortiment de tableaux simples et mécaniques ». C’est la première et seule indication de “tableaux mécaniques” à l’époque.

Prix-courant de la manufacture d'instruments d'optique et de mat  Catalogue Buron page 40 – 1844

En 1844, le catalogue de la Maison BURON présente lui aussi une page illustrée consacrée aux “peintures sur verre pour la fantasmagorie”. On y voit 4 visuels (repris par MOLTENI en 1859) et surtout une “indication des sujets de quelques tableaux” dont les images représentent principalement des sujets de fantasmagorie : têtes et squelettes, sorcières, monstres, diables et même une none sanglante et une marmite infernale.

Molteni plaque 1  Catalogue Molteni page 93 – 1859

Il faut attendre le catalogue général J. MOLTENI & Cie de 1859, intitulé “Machines et Instruments de précision” pour avoir quelques précisions concernant les vues animées et surtout une première représentation visuelle… identique à la page de BURON datant de 1844 ! A cette époque, il existe des tableaux pour fantasmagorie sans mouvement, avec fond noir et cadre en bois noir et des tableaux mécanisés à un seul, voir deux, trois ou quatre mouvements, qui peuvent être réalisés avec “peintures fines” ce qui multiplie le prix par 1,25 environ. A cette époque, un “tableau à mouvement, peintures fines” peut valoir de 72 à 120 frs pièce suivant la complexité du système.

Molteni plaque 4Molteni plaque 6Tableaux mécanisés acrobate à cheval et parapluie

Ces tableaux mécanisés sont composés d’un cadre en bois noircis parfois sommairement découpé sur le pourtour, à l’intérieur duquel se trouve une vue sur verre finement peinte, avec fond noir.

Voir : Plaque animée Molteni – Vœux 2017

Molteni plaque 5  Tableau mécanisé tambour

Un mécanisme en cuivre, à tirette ou à basculement, permet d’animer la vue avec des mouvements parfois complexes comme on le voit sur la vue du joueur de tambour dont les mains portant des baquettes sont animées en sens inverse.

Molteni plaque 7Tableau animé – Slipping slide clown jonglant avec un nourrisson

Dans les années 1880, ce type de plaque aux mécanismes complexes disparaît au profis de tableaux à mouvement avec cadre en acajou généralement  composé de deux plaques de verre coulissant l’une sur l’autre. En 1866, la catalogue anglais “Magic Lantern : How to buy and how to use it“ présente déjà ce genre de plaque nommée “slipping slide”.

Voir : sujet à venir

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaires »

Plaques de lanterne magique : anatomie

Posté par Patrice Guerin le 30 octobre 2016

Cette série de plaques pour lanterne magique est assez rare et date de la fin du XIXe siècle. Elle correspond à un ouvrage intitulé “L’Enseignement par Projections Lumineuses” publié pour la première fois en 1890.

VOIR : L’Enseignement par Projections Lumineuses

Les dessins et textes sont marqués au trait noir encadré d’un filet périphérique. Le tout est probablement tracé en sérigraphie. Ensuite les schémas sont colorés à la main en jaune ou rouge plus ou moins dilués : les os en jaune, les muscles en rose et rouge. Enfin une couche de verni transparent recouvre l’ensemble, il est très légèrement craquelé. Une seule des plaques est bordée de papier gris vert.

Anatomie 1  Plaque N°1 (6,3×21,3cm)

Les os : Fig.1 Profil de la tête – Fig.2 Face – Fig.3 Tronc – Fig.4 Vertèbre – Fig.5 Membres supérieurs – Fig.6 Membres inférieurs.

Anatomie 2  Plaque N°2 (6,2×21,2cm)

Le squelette : Fig.7.

Anatomie 3  Plaque N°3 (6,3×21,2cm)

Les muscles : Fig.8, Fig.9, Fig.10 – Les dents : Fig.11, Fig.12, Fig.13, Fig.14.

Anatomie 4  Plaque N°4 (6,2×21,2cm)

La digestion : Fig.15 Appareil digestif – Fig.16 Coupe de l’estomac.

Anatomie 5  Plaque N°5 (6,1×21,2cm)

La circulation : Fig.17 Goute de sang – Fig.18 Artère – Fig.19 Veine – Fig.20 Vaisseaux capillaires – Fig.21 Coupe du cœur – Fig.22 Le cœur et les poumons.

Plaque N°6 manque

Fig.23, Fig.24, Fig.25.

Anatomie 7  Plaque N°7 (6,5×21,4cm)

Le système nerveux : Fig.26 Coupe de la tête – Fig.27 cerveau, moelle épinière, nerfs.

Anatomie 8  Plaque N°8 (6,3×21,3cm)

L’ouïe et la vue : Fif.28 Coupe de l’oreille – Fig.29 Osselets séparés – Fig.30 Osselets ensembles – Fig.31 Coupe de l ‘œil – Fig.32 Pupille agrandie – Fig.33 Pupille resserrée.

Anatomie 9  Plaque N°9 (6×22,3cm)

L’odorat et le goût : Fig.34 Coupe du nez – Fig.35 La langue – Fig.36 Coupe de la peau – Fig. 37 et Fig.38 Filets nerveux très grossis.

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaires »

Les collections de vues pour projection MAZO

Posté par Patrice Guerin le 26 janvier 2015

Mazo 31Catalogue MAZO 1910 et 1911

Le catalogue général E. MAZO consacré à la projection publié pour les années 1910 et 1911 (N°46) est divisé en 7 parties. La première partie est consacrée au matériel (projecteurs et accessoires) tandis que les six autres concernent l’édition de vues pour les projections lumineuses, ce qui représente environ 490 pages sur 620 au total.

Voir : Histoire de l’entreprise MAZO

Mazo 33  Mazo 32  IIe PARTIE

La IIe partie concerne les conférences et vues divertissantes, simples ou animées. On y trouve de nombreux tableaux mécaniques montés dans des châssis en bois, identiques à la production anglaise de la même époque. A cela s’ajoute des vues chromolithographies et des spectacles d’ombres “artistiques” inspirés par le répertoire français, tel que les Chansons de Botrel, les contes traditionnels ou les pièces d’ombres joués dans les théâtres parisiens comme le Chat Noir.

Mazo 34  Mazo 35  IIIe PARTIE

La IIIe partie concerne les vues ayant trait à l’art. On y trouve des œuvres des maitres anciens et modernes exposées, pour la plupart, dans divers musées d’Angleterre. Cette collection provient de la Maison Eyre & Spottiswoode de Londres. Sont également proposées des reproductions photographiques (pour certaines en couleurs) des principales œuvres de peinture et de sculpture exposées aux salons de 1887 à 1896, ainsi que des reproductions trichrome des peintures du Louvre, du Luxembourg et de Versailles, sans oublier les chefs-d’œuvre de la peinture italienne d’après un ouvrage de la Librairie Firmin Didot.

Mazo 36  Mazo 37 IVe PARTIE

La IVe partie concerne la géographie et les voyages. Il s’agit principalement de vues photographiques noir et blanc à l’albumine représentant de nombreuses villes françaises et européennes ainsi que les colonies. La série 100 (environ 70 pages sur les 150 consacrées à ces sujets) est constituée en grande partie de vues au format stéréoscopique 8,5x17cm.

Mazo 38  Mazo 39 Ve PARTIE

La Ve partie est consacrée à l’histoire, depuis la mythologie jusqu’aux plus récents événements du XIXe siècle, dont « les photographies, en noir et blanc ou en couleurs, prises pendant la croisière du yacht “Clairette” au pays de la guerre gréco-turque (avril à juillet 1897) ». On y trouve aussi une série de vues concernant “Paris à Travers les âges” reproduisant les gravures de l’ouvrage du même nom édité par la Maison Firmin & Didot à Paris.

Mazo 40  Mazo 41 VIe PARTIE

La VIe partie est consacrée à la science, avec des tableaux animés de démonstrations scientifiques, une “splendide” collection de plaques astronomiques mécanisées et des « vues scientifiques en couleurs, sans mécanisme et sans cadre ». On y trouve aussi bien des sujets sur la médecine, l’agriculture et l’histoire naturelle, que des vues sur la mécanique, la physique, les arts & manufactures, etc.

Mazo 42  Mazo 43  VIIe PARTIE

Enfin la VIIe partie à trait à la religion sous tous ses aspects : histoire sainte, ancien et nouveau testament, les évangiles, la vie des saints, le catéchisme, etc. « Avec l’autorisation de MM. LE VASSEUR et Cie, éditeurs au 32 rue de Fleurus, nous avons reproduit en clichés de projection les fines illustrations de leur ouvrage “La vie de N.-S. Jésus-Christ” par Jérôme NATAL, illustré de 130 gravures sur acier. »

Il est très difficile d’évaluer le nombre total de vues figurant au catalogue, d’autant plus que certains sujets sont présents dans plusieurs séries, par exemples un tableau peut figurer dans les parties Arts, Géographie (musée) et Religion.

Les vues commercialisées par MAZO existent sous différentes formes.

Mazo 44

Série 1 – Des conférences géographiques, scientifiques, artistiques ou militaires, toutes préparées pour la projection. Elles sont composées d’une série de vues sur verre numérotées, contenues dans une boîte en bois avec rainures, accompagnées d’un livret explicatif portant des numéros correspondant.

Mazo 50  Planche MAZO en chromolithographie – Le Soleil

Série 2 – Des vues en chromolitographies transparentes, ou décalcomanies, qui se reportent sur un verre « d’une façon aussi simple que sûre ». Elles sont d’un prix de revient très réduit mais nécessitent une petite préparation.

Série 2 bis – Des vues en couleur sur papier transparent qui ne nécessitent aucune préparation pour la projection si ce n’est de les découper et les placer entre deux verres ou dans un passe-vues spécial muni de verres « L’ensemble de l’œuvre comportera 5 000 tableaux ».

Voir : Montage des vues sous verres

Mazo 45

Série 3 – Des vues sur verre en bandes et en couleurs chromolithographiques qui s’introduise en les glissant à l’avant de la lanterne. Il s’agit généralement de sujets enfantins composés de 10 à 12 bandes représentant de 36 à 48 vues à moins qu’elles ne soient composées d’images panoramiques.

Mazo 46

Série 4 à 22 – Des tableaux mécanisés comiques et bon marché composés d’un verre fixe placé dans un châssis en bois et d’un verre mobile placé à l’arrière, à tirette, basculant ou glissant horizontalement (panoramas), à engrenages ou crémaillère. Certains de ces tableaux, comme celui présenté ci-dessus, provienne de production étrangère, EP (Ernst Plank) pour celui-ci, sur lequel était simplement ajouté le tampon “E. Mazo 8 boulevard Magenta Paris”.

Voir : Plaques animées et plaques à système pour projection

Mazo 47 Mazo 48  Tour Eiffel – Newton & C° – Figurant au catalogue Mazo ref n°1 (existe en 3 versions : jour, nuit, illumination)

Série 26 – Des vues colorées sur verre à double ou triple effets, destinées aux lanternes possédant 2 ou 3 objectifs ; ainsi que des vues d’ombres artistiques pour « Pièces à grand spectacle… Qui sont infiniment plus artistiques que le cinématographe et résultent de l’intime collaboration de la poésie, de la musique et de la peinture ! »

Voir :  Vues fondantes – Dissolving views  –  Spectacle d’ombres artistiques ou le théâtre chez soi

Série 29 à 33 – Vues et tableaux à effets divers dont rideaux décors, rosaces, chromatropes, effets de pluie, neige, éclairs, etc.

Voir : Les CHROMATROPES de projection - Projection de phénomènes météorologiques

Mazo 49

Série 34 – Des vues trichromes obtenues à partir de réelles photographies en couleurs d’après le procédé de M. l’abbé TAULEIGNE et reproduites « avec une exactitude absolue en autant d’épreuves positives qu’il est nécessaire… Ces épreuves ne comportent ni trame, ni réseau. Elles sont d’une transparence et d’une luminosité parfaites ».

Série 35 – Des vues pour stéréo-projections d’après le système imaginé par M. l’abbé TAULEIGNE, sur le principe des anaglyphes de M. DUCOS DU HAURON. « Ces vues sont placées dans une simple lanterne de projection et projetées sur un écran quelconque. Le relief est perceptible pour tous les spectateurs sans exception, à condition qu’ils observent l’image projetée sur l’écran au moyen d’un sélecteur de vision ».

Autres éditeurs de vues pour les Projections Lumineuses :
La collection de diapositives MOLTENI
APRES L’ECOLE : revue éditée par la librairie E. CORNELY

 

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaires »

Les CHROMATROPES de projection

Posté par Patrice Guerin le 3 février 2014

Chromatrope 01

Le chromatrope porte un nom bien savant pour un petit accessoire tout simple permettant de projeter de saisissants effets lumineux. Son étymologie vient des mots grecs (khrôma) « couleur » et (tropos) « tour », ce qui lui donne l’avantage d’être compris dans de nombreuses langues. Il fait partie de la famille des vues à système.

Voir : Plaques animées et plaques à système pour projection

Voici les “tours de couleurs”, obtenus avec différents chromatropes  fichier mov  Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Apparu dans les années 1850, le chromatrope est constitué d’un châssis en bois équipé d’une manivelle qui fait tourner en sens inverse deux couronnes métalliques. Celles-ci supportent chacune un verre peint de motifs géométriques que l’on peut interchanger sur certains modèles. La projection de ces disques qui tournent sur eux-même en sens inverse, fait apparaître sur l’écran de fascinantes rosaces colorées en perpétuelle évolution. « Ils produisent des effets si gracieux et parfois même si étonnants, qu’ils ont conquis la faveur du public et qu’ils précèdent généralement et terminent toutes les séances récréatives. » Source : catalogue “Projections Lumineuses” 1912 Maison de la Bonne Presse.

Chromatrope 02  Modèle primitif Collection A.G.

Sur les premiers modèles, la transmission du mouvement entre la manivelle située sur l’arrière et les disques se fait à l’aide de deux petites courroies ou ficelles qui ont parfois tendance à glisser. L’une est droite tandis que l’autre est croisée pour inverser la rotation de l’une des couronnes.

Chromatrope 03

Il existe différents types de chromatropes, allant de petits modèles pour lanterne magique jusqu’à des modèles de plus grand format adaptés aux lanternes de projection de la fin du XIXe siècle.

Chromatrope 04  Catalogue Lerebourg 1853  Chromatrope 05  Catalogue Maison de la Bonne Presse 1912

On pouvait acheter un chromatrope simple qui ne produisait à l’écran qu’un seul effet lumineux, mais il était possible de se procurer un coffret de luxe garni d’un châssis et de plusieurs disques de verre (12 dans le coffret ci-dessous) qui pouvaient être assemblés par paires semblables, donnant ainsi lieu à des effets très variés (voir vidéo ci-dessus).

Chromatrope 06   Chromatrope 07

L’assemblage de deux disques différents est possible mais ne donne pas d’effet particulier. C’est la géométrie semblable et inversée de deux disques qui provoque des animations extraordinaires. Au début du XXe siècle, il est possible d’acheter des planches de décalcomanies représentant six paires de dessins variés ainsi que des verres blancs découpés en rond pour réaliser à moindre coût des chromatropes.

Chromatrope 08  Cette belle carte animée montre trois jeunes enfants jouant avec une lanterne magique posée sur un guéridon. La carte est découpée d’encoches qui laissent apparaître un second motif imprimé sur une roue circulaire dépassant sur le pourtour afin de la faire tourner. Il s’agit bien du principe du chromatrope, cependant l’effet visuel n’est pas à la hauteur de celui produit par la projection.

Voir : Les collections de vues pour projection MAZO - Modern Kaleidoscope Magic Lantern

 

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaires »

Le ZOGRASCOPE et les vues d’optique

Posté par Patrice Guerin le 31 janvier 2014

Zograscope 01      Zograscope 12 A droite modèle avec support de loupe en métal – Collection J.-M.P.

Le zograscope est un appareil d’optique principalement composé d’une lentille convexe et d’un miroir articulé permettant de visionner des vues d’optique. Il apparait au XVIIe siècle dans les cabinets de curiosités. En 1677, l’écrivain allemand Johann Christoph KOHLANS note que l’ajout d’une lentille convexe donne « de la largeur, de la familiarité et de la distance aux images provenant de ma Camera Obscura ».

Voir : La lanterne magique dans les cabinets de physique

Zograscope 02  Zograscope 03  Zograscope 08  Zograscope 09  Zograscope 10

Les premiers zograscopes de salon sont commercialisés en Europe dès le milieu du XVIIIe siècle, offrant un nouveau divertissement de qualité lors des réunions mondaines et dans les familles bourgeoises.

Zograscope 04

L’aberration sphérique sur les bords de la lentille et l’utilisation de perspectives exagérées et de couleurs vives sur les vues perturbent la vision et donnent une impression de profondeur et de relief à une image somme toute fort plate. De plus cette lentille, aussi grosse soit-elle, ne permet de voir qu’une partie de l’image, obligeant l’observateur à « découvrir successivement certaines parties de l’image , donnant ainsi l’impression de se déplacer dans un espace idéalisée et imaginaire ».

Zograscope 05  Vue de l’hôtel de ville de Paris prise de la place

Le développement du zograscope correspond à l’édition des premières vues d’optique, initialement appelée “Perpective” car elles abusaient de cet effet obtenu facilement à l’aide de la Camera Obscura.

Camera Obscura  DELLA PORTA utilisant une Camera Obscura. Voir : Les expériences d’optique de DELLA PORTA

D’abord éditées à Paris et à Londres, puis en Allemagne, ces vues sont vendues à des milliers d’exemplaires. Elles permettent à une population aisée de voyager à moindre frais et de découvrir les merveilles du monde bien avant l’apparition de la photographie puis de la carte postale.

Zograscope 06  Vue de la chapelle St Paul à Edimbourg prise de la place d’Yorck

Les vues d’optique sont gravées à l’eau forte sur cuivre, dans un format horizontal. Le titre apparaît inversé en haut de la gravure afin d’être vu à l’endroit lors de l’observation tandis qu’une autre légende figure à l’endroit sous l’image. Par contre l’image est dessinée à l’endroit si bien que son observation à travers un zograscope muni d’un miroir la fait apparaître à l’envers ! Les vues d’optique sont colorées à la main avec des teintes primaires très vives telles que le jaune, le rouge et le vert. Ces vues représentent généralement des perspectives des principales villes et monuments d’Europe ainsi que des panoramas célèbres ou des scènes historiques.

Zograscope 07  Vue générale de la ville de Venise

A partir du milieu du XIXe siècle, l’apparition de la photographie et des lanternes magiques les feront progressivement tomber en désuétude. « Ce qu’on appelait “Vues d’optique”, c’étaient des images coloriées qu’on regardait à travers une lentille ou un verre grossissant. Le stéréoscope et les vues photographiques les ont remplacées ; mais les musées forains en font encore usage. » F. POUY dans “Le Livre, revue du monde littéraire” 1883. Progressivement ces images bon marché et de grands formats deviendront des tableaux bon marché, découpées et encadrées sous verre avec passe-partout, les rendant inutilisables pour toute observation spectaculaire.

Zograscope 11 Miniature sur porcelaine – Collection J.-M.P.

Publié dans Accessoires et divers | Pas de Commentaires »

La visionneuse LANTERNOSCOPE de MOLTENI

Posté par Patrice Guerin le 19 janvier 2014

Lanternoscope 01

Dans les années 1890, la maison MOLTENI fabrique une visionneuse de table dénommée “LANTERNOSCOPE” pour examiner les diapositives destinées aux projections.

Voir : Histoire de la maison MOLTENI et Cie

Lanternoscope 02

Lors de la séance du 16 mars 1892 au Photo-Club de Paris, son Secrétaire Général Maurice BUCQUET (1860-1921) présente « un lanternoscope construit d’après ses indications par M. MOLTENI. Cet appareil est destiné à regarder les clichés de projections ; il est en acajou verni et muni d’une lentille de 0m10 de diamètre, qui amplifie l’image et lui donne un relief très appréciable… Il permet d’examiner les épreuves, de juger de leurs qualités et de voir quelles sont celles qui, étant trop légères ou trop vigoureuses, doivent être recommencées. »

Cette soirée se termine par une séance de projections d’ombres « très habilement découpées par M. De THIERRY d’après les ombres chinoises de CARAN D’ACHE » présentée par monsieur FOURTIER (voir PORTRAITS).

Lanternoscope 06  Lanternoscope 04  Lanternoscope 03

Modèle avec boîte en noyer ciré articulé sur un pied massif en fonte verni au four et filets dorés, muni de tourillons en cuivre poli et verni. Il est équipé à l’avant d’une lentille convexe à fort grossissement et à l’arrière d’un verre dépoli permettant de diffuser l’éclairage de façon homogène sur toute la surface de l’image.

Lanternoscope 05  Vues “Projections Molteni” provenant d’une conférence sur l’alcoolisme

Ce modèle est équipé d’un passe-vues va-et-vient pour diapositives standard de 8½x10cm. On peut l’adapter pour les formats 8x8cm, autochrome, etc. Comme on n’est pas en situation de projection, les vues sont placées à l’endroit, tête en haut.

Pour voir d’autres visionneuses : Le ZOGRASCOPE et les vues d’optique - Une visionneuse publique, la lanterne magique électrique - Visionneuse stéréo PHOTOCHROMOSCOPE ou KROMSKOP de IVES - Visionneuse MONOCLE ou MAGNASCOPE avec plaques de projection MAZO

 

Publié dans Accessoires et divers | Pas de Commentaires »

Plaques animées et plaques à système pour projection

Posté par Patrice Guerin le 26 novembre 2013

Plaque 01  Séance de projection familiale au XIXe siècle

Vers 1725, le physicien hollandais Pieter VAN MUSSCHENBROEK (1692-1761) présente des plaques animées. Une petite manivelle permet de mouvoir, par poulies interposées, une plaque de verre sur laquelle sont peintes les ailes d’un moulin qui tournent devant la tour peinte sur une autre plaque de verre fixe.

Plaque 02  Plaque de fantasmagorie – XVIIIe siècle. Collection Antic-Photo

Il s’agit d’une plaque ou “tableau” de projection fixe, généralement montée dans un cadre en bois qui comporte plusieurs vues permettant de créer une petite animation à l’écran. Ces plaques, combinées à des lanternes doubles ou triples permettaient de créer de véritables spectacles animés bien avant l’invention du cinéma.

Voir : Lanternes multiples ou POLYORAMAS - Vues fondantes – Dissolving views

Plaque 03 Catalogue Mazo – 1908  fichier mov Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Les plaques animées ne comportent pas de mécanisme, il s’agit généralement de deux vues sur verre dont l’une est fixe et l’autre mobile (voir ci-dessous tableaux à tiroir). Les plaques à système sont munies d’un mécanisme : levier, poulie, engrenage, manivelle, etc. Il existe de nombreux modèles de plaques animées.

Plaque 04fichier mov Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Les tableaux “A tiroir” (Slip slides) comprennent généralement un verre fixe qui représente les deux états d’une action dessinée sur fond noir. Le second verre “à tiroir” porte un cache peint en noir ou en papier opaque qui permet d’obturer l’une ou l’autre partie de l’action lorsqu’on le déplace horizontalement. On parle aussi de tableaux à “Caches”.

Plaque 05Muckross abbey – Ireland fichier mov Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Les tableaux à “Longue course” ou “Panoramas mouvants” sont des tableaux à tiroir dans lesquels la plaque mobile représente un élément en ombre chinoise (bateau, barque, voiture, personnage) qui se déplace lentement dans le décor coloré.

Plaque 06  Plaque 07

Il existe même des châssis spéciaux pour “Ombres projectionnées” permettant de faire « défiler sans secousse et d’une façon lente et régulière » une grande plaque de verre (45cm de long) sur laquelle est peinte une succession d’ombres. Celle-ci coulisse à la main ou à l’aide d’une manivelle devant un paysage figurant sur une autre plaque située à l’avant de ce châssis dans un passe vue va-et-vient permettant de la remplacer en cours de projection. Combinées à une lanterne double, ces plaques permettent de créer de véritables spectacles d’ombres, tels qu’ils étaient projetés au cabaret du “Chat noir” au XIXe siècle.

Voir : Spectacle d’ombres artistiques ou le théâtre chez soi - Ombres chinoises et silhouettes

Plaque 08La corvée de quartier fichier mov Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Les tableaux “A levier” (Lever slides) sont fait sur le même principe que les tableaux à tiroir. Ils comprennent un verre fixe, généralement rond, fixé dans la monture en bois sur lequel est peint le sujet principal et un verre mobile que l’on fait tourner partiellement à l’aide d’un levier en métal qui dépasse sur le côté de la plaque.

Plaque 09

Les tableaux “A rotation” ou “A engrenage” ressemblent aux tableaux à levier mais permettent un mouvement circulaire plus complet. Ils comprennent un verre fixe, généralement rond, fixé dans la monture en bois sur lequel est peint le sujet principal et un verre mobile que l’on peut faire tourner en permanence à l’aide d’une petite manivelle. Initialement le disque animé était entrainé par une petite corde sans fin entrainé par la manivelle. Par la suite on à préféré un système à engrenage permettant un mouvement plus régulier et évitant le glissement de la cordelette.

Plaque 10  fichier mov  Cliquer sur l’icône MOV pour voir l’animation

Ce type de mécanisme est utilisé pour faire tourner les “Chromatropes”, aussi appelés “Rosaces tournantes”. La plaque se compose d’une vue circulaire placée sur le châssis qui représente un dessin géométrique coloré et une vue mobile pouvant représenter le même dessin ou un dessin complémentaire. Les deux plaques tournent en sens inverse à l’aide d’une manivelle, ce qui crée à l’écran « de très curieux effets de colorations ».

Voir : Les CHROMATROPES de projection

Il existe de nombreuses variantes dénommées “Eidotropes”, “Chromascopes”, etc. Dans l’Eidotropes, par exemple, monsieur WEASTHONE, qui en est l’inventeur, a remplacé les disques de verre peint par des plaques rondes de métal léger ou de carton dans lesquelles il a fait des entailles « permettant d’obtenir des figures géométriques qui se recoupent de toutes manières ».

Plaque 11  Plaque 12  Photograph courtesy of RICHARD WARREN LIPACK (USA)

Les tableaux “Mécaniques” permettent de présenter un mouvement un peu plus complexe que celui d’un tableau à rotation. Une manivelle anime, à l’aide d’une poulie, une silhouette représentant souvent un humain ou un animal découpé dans du métal léger ou de la gélatine colorée. Parfois les membres (bras et jambes) sont mobiles et remuent en fonction de la rotation du corps. ROBERTSON (voir PORTRAITS) avait utilisé ce genre de tableau dans la “danse des sorciers” ou l’on voyait des personnages tournoyer autour d’un squelette.

Voir : Spectacle de fantasmagorie ROBERTSON

Plaque 13  La danse des nains

Il existe d’autres types de tableaux animés tel que ce tableau “Hydraulique” composé d’une cuve remplie d’eau dans laquelle sont plongés de petites figures en bois représentant des insectes ou de petits personnages légendaires. En pressant sur la poire en caoutchouc on crée des remous qui font tourbillonner ces petites figures de manière tout à fait aléatoire.

De très nombreux thèmes ont été traités en plaques animés afin de donner vie à des spectacles très vivants.

Voir : Projection de phénomènes météorologiques - Petit spectacle de lanterne magique - Les collections de vues pour projection MAZO

 

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaires »

Le projecteur CINEMIME des éditions Gautier-Languereau

Posté par Patrice Guerin le 12 novembre 2013

Le projecteur CINEMIME des éditions Gautier-Languereau dans Projecteurs jouet cinemime-01-118x150

En 1956 les éditions Gautier-Languereau (éditeurs de Bécassine), publient un livret cartonné intitulé « CINEMIME un album cinéma en couleurs », qui permet de visionner de nombreux sujets tels que « actualités – Documentaires – Courts métrages – Films publicitaires – Et un grand Western » !!! Ce projecteur est une création de l’illustrateur Max PONTY (voir PORTRAITS), qui est aussi l’inventeur du CINEBANA. Il est imprimé par Darboy.

Voir : Le projecteur CINEBANA de BANANIA

cinemime-02-108x150 dans Projecteurs jouet  Programme du spectacle de gala

De “Cinéma“ ce projecteur en carton n’en a que le nom et l’aspect, car il ne projette que de petites bandes d’images fixes. Ces vues sont dessinées par André René JOLLY (1912-1974) alias ERIK, dessinateur de B.D. Le spectacle commence par « les actualités mondiales » suivies de deux documentaires « L’expédition du Professeur Basculine » et « Les grandes chasses de Nestor Bobêche” plus des courts métrages avant d’arriver à l’entracte avec « Les films publicitaires ». Ensuite « en première mondiale, une superproduction en cinéminoscope et mimocolor » c’est le grand le film « Le justicier de l’Oklahoma… un western sensationnel qui vous tiendra en haleine pendant toute la projection » !!!

cinemime-03-150x133

Lorsque l’on est “aux commandes” du projecteur, on se croirait dans une véritable cabine de projection, avec ses bobines, ses différents boutons et cadran de réglages permettant d’agir (fictivement) sur la lumière, les contrastes et le son. Il dispose même d’une manivelle sur la face avant.

cinemime-04-150x1211  cinemime-05-150x932  cinemime-06-150x953

Le livre, au format 24x32cm, est relié par des pastilles en plastique permettant d’enlever éventuellement certaines pages. Il est composé d’une couverture illustrée (1) présentant le projecteur, puis d‘une double page (2) avec, à gauche, le programme du spectacle et à droite une feuille permettant de « découper les films suivant le tracé prévu sur chaque planche » (absent de ce document). La page suivante (2 à droite) est une sorte de mode d’emploi de ce projecteur « Simple, facile à monter (il se déplie), d’un emploi absolument sans danger, il peut être confié à un tout petit qui, seul, peut jouer les rôles d’opérateur et de spectateur ». La double page suivante (3) représente à gauche une pochette à rabats permettant de ranger les bandes de films et à droite le projecteur plié à plat.

cinemime-07-300x248Recto  cinemime-09-300x222Verso

Lorsque l’on ouvre la dernière double page le projecteur se déplie automatiquement et se verrouille seul. Il suffit de placer une simple lampe de poche à l’arrière pour qu’il soit fonctionnel. « Des petits ronds de couleurs sur lesquels sont inscrits les mots “Ticket d’entrée” sont destinés à ceux de vos amis qui auront le privilège d’être invités à vos spectacles ».

cinemime-08-150x129Dos du livre

Le CINEMIME à beaucoup de ressemblance avec le CINEBANA, mais il est construit dans un carton beaucoup plus ride susceptible de luis assurer une plus longue durée de vie. A la même époque d’autres marques distribuèrent aussi de petits projecteurs en carton.

Voir : Les projecteurs publicitaires en carton des années 50

Publié dans Projecteurs jouet | Pas de Commentaires »

123
 

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus