• Accueil
  • > Recherche : schema lampes incandescence

Résultats de votre recherche

Le Rétroprojecteur ou Overhead projector

Posté par Patrice Guerin le 21 avril 2016

Retroproj 01  Retroproj 02  Vues sur verre anglaises fin XIXe siècle

Au XIXe siècle, certains accessoires peuvent se placer à l’avant du projecteur pour dévier le rayon lumineux verticalement avant de le renvoyer à l’horizontal vers l’écran. Cela permet de placer des solutions liquides dans une cuvette en verre ou toute autre préparation devant être placée à plat. Occasionnellement on pouvait écrire mais la surface lumineuse était très réduite (10 cm de diamètre).

Voir : Support à réflexion horizontal MOLTENI

Retroproj 03  Couverture du catalogue ZEISS Belsazar – 1935

«  Suite aux suggestions appropriées de professeurs en Allemagne, nous avons été amenés à concevoir un “Appareil de Projection d’Ecriture” qui met fin aux tableaux noirs avec ses craies et la poussière qui en résulte. Un des premiers utilisateurs de ce nouvel instrument, à l’Université de Göttingen, l’a nommé « Belsazar”* : nous avons nous-mêmes adopté ce nom pour l’appareil. »
Source notice Carl ZEISS Jena – Septembre 1935

Voir : ZEISS IKON A.G.

Grace à cet appareil, Le conférencier ou l’enseignant, reste toujours face à son public. Il écrit de manière habituelle sur une surface horizontale recouverte de Cellophane, et aussitôt son écriture apparaît en grandes dimensions sur l’écran de projection. Au lieu d’avoir à nettoyer le tableau noir, il tourne la bande de Cellophane à l’aide d’un bouton et une nouvelle surface vierge apparaît. De plus ce système permet de conserver les textes précédents et de pouvoir y revenir le cas échéant.

Retroproj 04  Rétroprojecteur ZEISS Belsazar – 1935

« La projection de vues fixes sur un écran peut sembler parfois incomplète pour illustrer parfaitement certains cours dans lesquels on doit faire ressortir les uns après les autres les éléments qui composent l’ensemble projeté. Dans ce cas, au fur et à mesure de ses explications, l’animateur déplace en général sur l’écran, une longue baguette de bois… ce qui nécessite la présence de celui-ci près de l’écran et le partage de son attention entre celui-ci, son commentaire et son auditoire. »
Source : “Moyens audio viduels d’enseignement” publié par l’Association Française pour l’Accroissement de la Productivité – Novembre 1953

Retroproj 05

Avec l’Omniscope (ou rétroprojecteur), l’animateur fait face à son auditoire et présente sur la tablette éclairée de l’appareil les documents ou un point particulier de celui-ci sans avoir à se déplacer ni à se retourner, la projection se faisant sur un écran placé derrière lui, d’où le nom anglais “Overhead projector” traduit par “Projecteur par dessus la tête”.

Retroproj 06

Le rétroprojecteur est un appareil muni d’une forte lampe à miroir (1 & 2), parfois ventilée, dont la lumière est dirigée à la verticale vers un condensateur (3) et une plaque de verre (4) sur laquelle on pose le transparent de rétroprojection. Une tête de projection composée d’un objectif (5) et d’un miroir (6), maintenu au dessus du transparent par un bras articulé, permet de renvoyer l’image à l’horizontal vers l’écran situé derrière le manipulateur (ou formateur). « Il est équipé d’une lampe à incandescence de 750w en 110v ou d’une lampe à vapeur d’iode qui permet avec un très faible encombrement, une luminosité bien supérieure à celle obtenu par les lampes à incandescence. Le haut rendement de luminosité de l’appareil permet de travailler en salle complètement éclairée. »
Source : “Les moyens audio-visuels au service de la formation et de l’information” numéro spécial d’Inter Productivité n°100 décembre 1964

A ne pas confondre avec l’épiscope, beaucoup plus ancien, qui permet de projeter des documents opaques.

Retroproj 07  North Carolina State University – NCSU Libraries

Cet appareil fut largement employé par les américains à la fin de la deuxième Guerre Mondiale pour faire de la formation de masse à l’armée. Il est développé dans les années 1960 par un ingénieur de la société 3M qui deviendra par la suite le leader de ce marché tant en ce qui concerne les appareils que les fournitures.

Retroproj 08

De gauche à droite : “Belshazar” de J. Chotard – “Vu-Graph” de Audio Vision France – “Diareflet” de O.G.C.F. – “LME 500” de Le Matériel d’Enseignement. NB Les deux derniers appareils sont agréés par le Ministère de l’Education Nationale.

Arrivés en France avec le plan Marshall, le rétroprojecteur est utilisé dès le milieu des années 1950 sous le nom de “Omniscope” ou de “rétroscripteur”. Il permet de projeter des supports transparents de grand format (généralement A4) sur lesquelles on peut écrire, dessiner, compléter des tableaux, voir même décomposer le sujet à l’aide de divers caches opaques. « Un rouleau de cellophane, se déplaçant dans les deux sens sur la plage lumineuse permet, à l’aide d’un crayon gras facilement effaçable, soit d’écrire comme sur un tableau noir au fur et à mesure de l’exposé, soit de préparer ses textes ou dessins à l’avance comme sur le tableau papier. Enfin si le document doit être utilisé plusieurs fois, il est conseillé de le réaliser sur cellophane séparée, entourée d’un cache en carton comme celui des diapositives. Dans ce cas on utilise un stylo à encre à alcool avec pointe de feutre dont les coloris sont fidèlement respectés à la projection et qui ne s’effacent qu’à l’aide de certains produits. »
Source : “Les moyens audio-visuels au service de la formation et de l’information” numéro spécial d’Inter Productivité n°100 décembre 1964

Retroproj 11

Dans les années 1970, des entreprises se spécialisent dans la production et l’édition de transparents pour rétroprojection. Les documents sont d’abord créés en noir et blanc ou en couleur sur papier format A4 puis reproduit sur films de différentes qualités suivant les besoins : films négatifs (texte en jaune sur fond bleu foncé par exemple), films positifs, ou films couleurs de type Cibachrome. « en superposant des transparents les uns après les autres, il est possible de faire apparaître successivement les différentes parties d’un sujet (construction progressive d’une carte de géographie, d’un schéma complexe, etc.). Les caches mobiles sont utiles pour dérober à la vue, sur l’image, certains éléments que l’on désire faire apparaître progressivement… Il est même possible d’employer un support transparent enduit de noir de fumée ou de vernis opaque, qu’il suffit de gratter avec une pointe sèche pour faire apparaitre certaines parties du document. »
 Source : “Audio visuel, moyens, arts et techniques” Publications Photo-Revue Paris – 1972

Dans les années 90, le rétroprojecteur est connecté à l’ordinateur pour la projection de vues fixes, tandis que les premiers vidéoprojecteurs permettent de projeter des vidéos animées.

retroproj 12  retroproj 14   Cet article a été remarqué par la presse qui s’en est fait l’écho.

______________

* D’après l’Ancien Testament, livre de Daniel, Belshazzar (Balthazar, dernier roi de Babylone) aurait demandé à ses savants de traduire et d’interpréter une écriture “fantomatique” figurant sur les murs de son palais de Babylone. Celle-ci annonçait une catastrophe imminente. La nuit suivant Belshazzar est tué et le royaume de Babylone divisé entre les Perses et les Mèdes.

 

Publié dans Non classé, Projections et Enseignement | 1 Commentaire »

Les projections lumineuses colorées dans la DANSE SERPENTINE

Posté par Patrice Guerin le 11 février 2013

Image de prévisualisation YouTube

Film réalisé par un opérateur des frères LUMIERE en 1896. Il fut tourné en noir et blanc puis colorisé à la main, image par image.

Les projections lumineuses colorées dans la DANSE SERPENTINE dans Projections pour Spectacles danserpentine-01-300x173  La “Danse serpentine” s’inspire du spectacle de Loïe FULLER (1862-1928), qu’elle crée au Park Theatre de Brooklyn à New-York, le 15 février 1892. « N’est-ce pas féérique que de voir cette femme se transformer sous nos yeux en orchidée, papillon ou peut-être même en serpent comme le nom de son spectacle l’indique ».

Cette chorégraphie spectaculaire est mise en valeur par les costumes et les jeux de lumières provenant de plusieurs projecteurs équipés de puissants systèmes d’éclairage fonctionnant avec un arc électrique. Loïe FULLER dépose une dizaine de brevets et copyright, principalement pour ses accessoires (sels phosphorescents qu’elle élabore elle-même et applique sur ses costumes) et pour ses dispositifs d’éclairage.

danserpentine-02-105x150 dans Projections pour Spectacles  En 1896, elle danse aux Folies Bergère, haut lieu de la vie parisienne à la Belle Epoque.

Loïe FULLER devient l’une des artistes les plus importantes et les mieux payées du spectacle. Elle est la muse de l’Art Nouveau, mouvement artistique de la fin du XIXe et début XXe siècle, qui met en valeur les lignes courbes. C’est la première à danser librement sans corset, avant sa compatriote Isadora DUNCAN qui révolutionna elle aussi la pratique de la danse par sa grande liberté d’expression. Son spectacle connaît un tel succès que de nombreuses imitatrices se l’approprièrent très rapidement. Peu de temps après, des danses serpentines à cheval sont  inaugurées au Cirque d’été par mademoiselle Hélène GIRARD. Par la suite cette danse est exécutée au milieu d’animaux féroces « le premier essai, tenté au théâtre de la Gaité, ne fut pas très heureux. Durant les répétitions, l’un des quatre lions, agacé par les changements d’éclairage, se jeta sur la danseuse, mademoiselle Bob WALTER, et mordit cruellement le dompteur MARK qui s’élança pour la protéger ».

Danserpentine 11  Danserpentine 03

Dans la “Danse Serpentine”, Loïe FULLER utilise des voiles de soie accrochés au bout de longues baguettes de bois, qu’elle agite de manière très coordonnée. Durant le spectacle qui se déroule sur une scène entièrement tendue de velours noir, cette soie blanche prend diverses teintes grâce aux couleurs provenant de projections lumineuses. « Une dizaine de projecteurs, disposés dans les cintres, dans les coulisses et aux premières loges, dirigent sur la danseuse en mouvement, leurs faisceaux lumineux diversement colorés, qui produisent dans les étoffes agitées par l’extraordinaire artiste des effets absolument féeriques ».
Source : La Science & La Vie N°45 juillet 1919

danserpentine-09-91x150  danserpentine-10-91x150  Collection G.V.

Le catalogue “Clément & Gilmer” de 1900 présente dans ses pages une « Collection artistique de tableaux finement peints sur verre pour les projections dites : Manteau magique, Femme Papillon ou Loïe Fuller ». On y voit aussi des projecteurs équipés de grands disques de verres colorés, aussi appelés “Boîtes à lumière” destinés aux projections lumineuses dans les théâtres.

danserpentine-07-150x110  danserpentine-08-300x199

« L’éclairage est obtenu par des lampes à incandescence munies de réflecteurs paraboliques. Chaque réflecteur est monté sur une planche noircie qu’une personne tient facilement de la main gauche, tandis que, de la main droite, elle fait tourner devant la source lumineuse un disque de verre divisé en secteurs de couleurs variées. L’appareil est très portatif, ce qui permet de suivre facilement les mouvements de la danseuse. »
« Aux Folies-Bergères, on employait huit lampes, quatre en avant et quatre en arrière, disposées comme le montre le schéma ci-dessus. Au Petit-Casino l’on se contentait de deux et dans les autres théâtres, on se servait de lampes à arc. »
Source : L’électricité au théâtre par J. Lefèvre vers 1894

danserpentine-04-150x142  danserpentine-05-300x117  danserpentine-06-127x150

Voir : Boîtes à lumière et projecteurs pour spectacle - Colorisation des projections lumineuses

 

A la fin du XIXe siècle la puissance d’éclairage des lanternes de projection permet d’utiliser les projections lumineuses dans d’autres spectacles.

Voir : Projection de la chevauchée des WALKYRIES

 

Publié dans Non classé, Projections pour Spectacles | 1 Commentaire »

 

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus