• Accueil
  • > Recherche : passe vue lanterne

Résultats de votre recherche

Lanternes de projection HELIOS de Mazo

Posté par Patrice Guerin le 20 décembre 2011

Lanternes de projection HELIOS de Mazo dans Lanternes projection Mazo-Helios-03-95x150  Mazo-Helios-01-98x150 dans Lanternes projection  Mazo-Helios-02-98x150

« Et puis il y a les célèbres HELIOS… Le modèle préféré des cabinets de physique » catalogue Mazo de 1938.

Cette lanterne de projection fabriquée par les établissements Mazo “Opticien Constructeur” depuis la fin du XIXe siècle existe en différents modèles.

Voir : Histoire de l’entreprise MAZO

Mazo-Helios-16-150x102

Sa principale qualité réside dans un système optique en cuivre massif, à écartement variable, pouvant être réglé par une vis hélicoïdale située à l’avant de l’appareil. Cela permet d’introduire à la place du classique passe-vues, divers objets tels que cuves à eau, verres d’expériences, éprouvettes, objets divers, silhouettes, etc.

Mazo-Helios-04-150x116

Il existe plusieurs objectifs avec différents foyers pouvant être associés à tes tubes télescopiques, ce qui permet de couvrir tous types d’écrans à des distances variées. « Tous nos appareils sont livrés avec la marque HELIOS déposée, gravée dans le métal même ».

Mazo-Helios-05-150x148Modèle A

Cet appareil de projection se compose d’un double corps en tôle perforée pouvant recevoir différents systèmes d’éclairage : lampe à pétrole à 4 mèches, mais aussi chalumeau oxhydrique, bec Auer, lampe électrique, à arc ou à incandescence. A l’avant de celui-ci, le système optique décrit précédemment est fixé  sur des rails réglables. Entre les deux se trouve un condensateur de 103 ou 110 mm composé de deux lentilles plan convexe enserrées dans une monture en cuivre dite à lentilles libres. Prix 85 fr.

« Cet appareil jouit d’une considération toute particulière dans le monde de l’Enseignement, car, à ses qualités optiques et à sa fabrication solide et soignée, il possède des équipements particuliers qui permettent de nombreux usages ».

Premier usage (voir image ci-dessus) : Projection de vues sur verres à l’aide d’un passe-vues va et vient classique.

Mazo-Helios-06-150x120Deuxième usage

Projection de corps opaques tels que photos sur papier, cartes postales, plans, dessins, médailles, etc. grâce à un accessoire appelé “Aphengoscope” se plaçant entre le système optique et l’objectif.

Mazo-Helios-07-150x142Troisième usage

En écartant le système optique, on peut intercaler différents accessoires permettant de reproduire des expériences scientifiques comme l’électrolyse, les mélanges et diffusions de liquides, la formation des gaz, la capillarité, etc. On peut également projeter dans une cuve adaptée des petits animaux vivants.

Mazo-Helios-08-130x150Quatrième usage

On remplace le système optique par une boîte équipée d’un miroir qui permet de projeter des documents transparents placés à plat sur le dessus de celle-ci. Il est même possible de dessiner sur un verre  légèrement dépoli au fur et à mesure des explications.

Mazo-Helios-09-150x105Cinquième usage

En supprimant l’objectif on peut effectuer l’expérience de décomposition de la lumière en plaçant un prisme devant une lentille convergente spéciale.

Il existe même un sixième usage qui consiste à placer un appareil de projection cinématographique à l’avant du système optique.

Mazo-Helios-10-150x141Modèle B

Ce projecteur possède le même système optique que le modèle A, mais il bénéficie d’une fabrication et d’un travail supplémentaire nécessité par une finition très soignée qui en fait un appareil de luxe « de premier ordre ». Prix 100 fr.

Mazo-Helios-11-150x118Modèle C

Il s’agit d’un appareil de grand luxe semblable au modèle B, mais avec un système optique différent. Il est équipé d’un condensateur de 109 ou 120 mm et d’un objectif de grand diamètre (60mm) possédant une luminosité remarquable et une belle planitude de champ. Prix 140 fr.

Mazo-Helios-12-114x150Modèle télescopique

Il diffère un peu dans sa forme extérieure du modèle courant  (A), mais en possède tous les avantages. Le corps de l’appareil est en tôle russe tandis que tout le système optique, y compris le condensateur, est contenu dans des pièces en cuivre massif, polies et vernies. Prix 150 fr.

Mazo-Helios-13-150x112Modèle spécial pour projection des clichés du Verascope

Cet appareil, construit sur le même principe que les autres projecteurs HELIOS, est en tôle russe avec un système optique en cuivre verni. Il est équipé d’un condensateur double plan convexe de 102 mm et d’un objectif à crémaillère muni de lentilles 43×52 mm avec un diaphragme à iris. Prix 110 fr.

Mazo-Helios-14-150x114  Mazo-Helios-17-150x111  Mazo-Helios-18-150x112  Gros modèle pour théâtre

Ce projecteur est en tout point semblable aux autres modèles HELIOS et de forme identique au modèle B avec un dôme arrondi. Par contre il est beaucoup plus gros afin de recevoir de puissantes lampes à arc. Le corps de l’appareil est en tôle épaisse vernie noir « d’une rigidité et d’une solidité à toute épreuve ». Il est équipé du même système optique que les autres modèles HELIOS et possède un condensateur de 110 mm.

Mazo-Helios-15-300x161

La “Toute Puissante” est une variante du “gros modèle”, avec un condensateur de 121 mm et un système optique à 3 ou 4 tirages aboutissant sur un objectif équipé de lentilles de 68 mm. Il peut atteindre 1 mètre de long et 46 cm de hauteur. Prix 350 fr.

Publié dans Lanternes projection | 1 Commentaire »

AUTEUR

Posté par Patrice Guerin le 16 décembre 2011

Portrait livre  Patrice GUERIN, un auteur hors du commun !

La première chose qu’il vous dit « je ne suis pas un collectionneur… plutôt un “vulgarisateur*” ! Je ne cherche pas à accumuler tout ce qui existe sur le Sujet, mais j’aime les pièces rares ou originales qui me permettent de comprendre mon Sujet et de partager ces connaissances avec d’autres ».

Son “Sujet d’étude”, comme il aime à appeler sa collection, ce sont les projecteurs, mais pas les projecteurs de cinéma ni d’éclairage, plutôt les projecteurs de vues fixes de toutes époques, depuis les lanternes magiques du XVIIIe, jusqu’aux fameux petits projecteurs de diapositives des années 60/70, en passant par les grosses lanternes du début du siècle sans oublier certaines originalités comme les appareils associant l’image et le son.

fichier pdf Biographie

PGcollectionBlg  Qu’est ce qui l’intéresse dans ce sujet ?

« L’image est un support de communication prédominant à notre époque. Mes études artistiques et mon métier d’Architecte en communication m’ont amené à m’y intéresser depuis très longtemps. La peinture, la photographie, le cinéma, la vidéo, sont des techniques permettant de créer des images, voir même des spectacles et dans certains cas des œuvres d’art. Il existe de nombreux collectionneurs, clubs ou associations s’intéressant à la photo et au cinéma, mais très peu dans le domaine de la projection fixe… pas assez noble diront certains. J’ai acheté un premier projecteur de diapos très Design pour sont époque, le Kodak Senior n°1 carrossé par Raymond Loewy dans les années 50, puis le virus s’est développé. »

Musée lgt

Sa collection s’est construite progressivement au fil des ses errances dans les brocantes et autres foires spécialisées, sans oublier les ventes aux enchères , les salons de collectionneurs et quelques amis rabatteurs. En 1995, à l’occasion du centenaire du cinéma, il écrit un premier livre intitulé “Du Soleil au Xénon”, consacré aux différents systèmes d’éclairage équipant les lanternes de projection.

Livre Eclairage« A l’époque personne n’avait une idée précise de ces accessoires rébarbatifs. Il faut reconnaître qu’on trouvait aussi bien des lampes à pétrole que des éclairages au gaz ou des chalumeaux identiques à ceux employés pour la soudure… dans lesquels certains remplaçaient même l’acétylène par de l’éther ! »

AUTEUR Expo-150x98  Expo-2-150x104  Expo-3-150x109

Il participe à de nombreuses expositions en région parisienne, mais aussi à Mulhouse et même en Angleterre. Tous ces appareils devenant très encombrant, il doit se séparer de certaines pièces à l’occasion d’un déménagement.

A quoi sert une collection ?

« Collectionner, c’est rassembler des appareils, accessoires et documents avec un objectif cohérent permettant d’en reconstituer l’histoire. C’est aussi sauvegarder de la destruction des éléments de notre patrimoine scientifique et technique. C’est enfin valoriser des techniques et savoir-faire qui ont contribués à l’évolution des connaissances et des modes de vie. » A l’appui de ses propos, il est fier d’ajouter : « Au plus haut niveau de l’état, on est conscient du problème le patrimoine scientifique et technique est défini comme un élément constitutif des intérêts fondamentaux de la nation !*” Certes il s’agit là plus de Sécurité que de Culture, mais il y a quand même une petite reconnaissance de nos collections publiques et privées qui sont les plus importantes au monde. »

* (Note du 30 août 2011 provenant du Secrétariat général de la Défense et de Sécurité Nationale) cliquer ici.

BibliothequeLgt-121x150  Auteur 10

A côté des appareils il y a la documentation, non seulement les catalogues et les notices, mais aussi les articles et publicités parus dans le presse d’époque voir même des cartes postales ou des photos originales montrant les projecteurs en situation. L’appareil n’a aucun intérêt s’il n’est pas remis dans son contexte. Entre des projecteurs pour enfants, pour l’enseignement ou pour les projections scientifiques, il y a de nombreuses différences justifiées par l’usage. De plus il ne faut pas négliger les vues qui vont avec. Là aussi c’est toute une histoire aussi bien sur les techniques employées pour faire ces vues que sur le contenu même des images : savez-vous qu’au début du XXe siècle on était capable de projeter l’image d’un insecte vivant… « malheureusement celui-ci grillait souvent comme une mouche sur un halogène ! »

Article-CrPicard-lgt-106x150 A la rencontre du public !

Aujourd’hui Patrice GUERIN partage sa collection sur ce blog. Après quatre ans d’existence, il en est à plus de 100 000 visiteurs et 250 articles publiés. « Ce blog me permet de mettre à jour mes connaissances en associant les photos d’appareils, la documentation relative au sujet et son contexte d’utilisation. Il m’arrive de re-découvrir certaines choses enfouies depuis des années au fond d’un carton ».

StSulpice-01-105x150  StSulpice-02-150x79  StSulpice-03-300x159

En juin 2012 le site “DIAPROJECTION” est présenté pour la première fois au public lors du salon Pré-Cinéma – Cinéma – Son – Photographie, qui s’est déroulé place saint-Sulpice à Paris VIe du 11 au 13 juin 2012. Il était hébergé sur le stand de la toute jeune association “Antique PASSE-VUES”. De nombreux visiteurs sont venus pour rencontrer son auteur ou découvrir un site “fort riche et très intéressant”.

portrait-12-150x99  portrait-13-150x99  portrait-14-150x99  fichier pdf Programme

En juin 2013, dans le cadre du séminaire international ”La mise en scène théâtrale et les formes audio-visuelles : emprunts esthétiques et techniques”, qui s’est déroulé au Centre Culturel de Cerisy-la-Salle, Patrice GUERIN fait une conférence récréative de deux heures sur “L’évolution des sources lumineuses dans le spectacle”.

« Je vous remercie pour votre temps, votre disponibilité et votre générosité lors de cette trop brève rencontre à Cerisy. Je pense que c’est plutôt à nous, chercheurs, de vous remercier. Sans le travail de collectionneurs passionnés comme vous, nous ne pourrions guère avancer. » F.T.

Musée pano lgt  Auteur 12

En août 2014, il inaugure son Cabinet des Projections Lumineuses « c’est un vieux rêve que d’avoir mon propre cabinet de curiosités consacré à mes sujets de prédilection : la Projection Fixe et les Systèmes d’Eclairage ». Ce lieu n’est pas ouvert au public, mais les visiteurs intéressés sont toujours les bien venus.

Autres photos : CLIQUER ICI

Auteur 11

Janvier 2015, le magazine “Antiquités Brocante” consacre 8 pages à “L’histoire de la projection lumineuse en 10 appareils” ; un siècle seulement sépare les lanternes magiques du XIXe siècle des carousels de diapos des années 1970… Retour sur les progrès accomplis en matière de projection lumineuse. « Les projections lumineuses n’ont pas eu pour simple vocation de distraire ou d’effrayer un auditoire » précise notre spécialiste « elles ont également servi dans l’enseignement, pour la recherche scientifique et dans les réunions familiales ». Un article signé Muriel Boujeton.

Niort 01  Niort 02  Niort 03  New Title

L’exposition “Lumières”, proposée et réalisée par le Musée Bernard d’Agesci de la communauté d’agglomération du Niortais, se déroule du 10 mars au 7 juin 2015. « Face aux demandes et à l’attrait du public pour les collections présentées, cette exposition est prolongée jusqu’aux Journées européennes du patrimoine (19-20 septembre 2015) ».

Elle présente sur 300m2 près de 100 pièces de nature très variée, allant de la préhistoire à l’époque contemporaine. On y découvre, entre-autres, plus d’une vingtaine d’appareils d’éclairage artificiel appartenant aux collections de Patrice Guérin “Diaprojection.fr” et du musée des éclairages anciens “Lumière de l’Œil” à Paris. Lire l’article paru dans La Nouvelle République.

Portrait 15  Portrait 16

Juillet 2015, le magasine “Collectionneur & Chineur” publie un article intitulé « Patrice et ses projecteurs » dans la rubrique “Les News des Blogs” : « Arrivé à la retraite, Patrice a créé le blog “Diaprojection” en 2010, denevu incontournable pour tous les amateurs d’appareils de projection anciens ».

Lundi 5 octobre 2015, Patrice GUERIN participe au tournage de séquences de projections lumineuses pour un film de 52 minutes sur le Douanier Rousseau (Co-production Musée d’Orsay et Les Films du Tambour de Soie). Projection sur ARTE le 3 avril 2016 à l’occasion de l’exposition  sur le Douanier Rousseau au musée d’Orsay de mars à juillet 2016.

Portrait-21  Portrait-22  Portrait-23

Ce film documentaire part à la rencontre de l’oeuvre du Douanier Rousseau (1844-1910). Ses peintures articulées autour des rêves, de l’imagination, de l’enfance, ont eu une influence considérable sur l’art moderne. Picasso conservera toute sa vie avec vénération quatre tableaux du Douanier. Sa renommée populaire est immense, mais son oeuvre encore méconnue, voire incomprise. Ce film , en posant la question de la représentation et de l’abstraction, explore à travers une mise en scène originale les inspirations, les productions et les influences de ce faux naïf ! Le réalisateur, Nicolas AUTHEMAN a choisi de chapitrer le film par des extraits de plaques animées de lanternes magique sur lesquelles la voix off vient poser les enjeux ou donner des informations factuelles. Ces plaques, oniriques, descriptives, abstraites, étranges, viennent s’inscrire dans une mise en scène particulière, avec la complicité de Patrice GUERIN, collectionneur spécialisé dans les Projections Lumineuses.

Chapo 13b

Les lundi 9 et mardi 10 novembre 2015, à l’occasion du 14e festival du film de Compiègne, Patrice GUERIN a eu le plaisir d’animer un spectacle de lanterne magique à partir du montage présenté sur ce site (Petit spectacle de lanterne magique). Cet événement se déroulait au théâtre de la ville et accueillait à chaque séance plus de 500 enfants des écoles de l’agglomération (CP – CE – CM) qui ont pris beaucoup de plaisirs à voir les tableaux animés.

Munae 3  Munae 20  Pub Magic Lantern 2

Du 23 avril 2016 au 31 janvier 2017, le musée Nationale de l’Education, présente à Rouen, l’exposition “Lumineuses Projections”. Commissaire principal Anne QUILLIEN chargée de conservation et de recherche au Munaé, commissaire adjoint Patrice GUERIN, collectionneur et historien des projections lumineuses. Cliquer ici

Lanternes magiques, plaques de lanternes, appareils de projection, vues photographiques sur verre, films animés, films fixes et diapositives : l’exposition traite de l’évolution des techniques et des usages dans l’art de la projection lumineuse et s’intéresse aux projections d’images fixes utilisées comme outil d’enseignement depuis les conférences populaires de la fin du XIXe siècle, où elles font leur première apparition en public, jusqu’à leur démocratisation dans les classes dans les années 1950.

« Je sais votre engagement, et aussi tout ce que vous avez pu permettre grâce à votre connaissance du sujet, vos prêts , votre réseau. Les musées ont beaucoup à gagner lorsqu’ils travaillent étroitement avec les réseaux de collectionneurs , passionnés , comme vous l’êtes par votre sujet. » Delphine CAMPAGNOLLE directrice du Musée National de l’Education, avril 2016.

2016 Magic Lantern

Le samedi 23 juillet 2016 Patrice GUERIN est allé faire une conférence en anglais devant une centaine de membres de “Magic Lantern Society” à Bath (GB), pour présenter l’exposition “Lumineuses Projections” qui se déroule actuellement au Musée National de l’Education à Rouen.

Conf Anvers   20161102-DS-059-DA-031-REG fichier pdf Program Workshop

27-29 October 2016, Workshop THE MAGIC LANTERN TODAY Creative Re-Use of Cultural Heritage – M HKA – Museum of Contemporary Art Antwerp, Leuvenstraat 32, Antwerp. Friday, 28 October : 14:30–15:30 conference Taxonomy and Cataloguing “A study for a classification of magic lanterns and its accessories » by Patrice GUERIN collector and historian of the art of light projections.

« Persönlich empfand ich die Privatsammlung alter Projektionsgeräte von Patrice Guérin aus Rouen und seinen Vortrag über die Beleuchtungsmethoden als eines der Highlights.» Anke N. octobre 2016.

Expo77-0  Expo77-2  Expo77-3  Expo77-1  Expo77-4

Du 21 novembre au 14 décembre 2016, exposition dans le hall des Archives Départementales de Seine et Marne, sur le thème de la “Lanterne Magique”. Trois sujets sont développés : “La Maison Lapierre” dont l’usine se trouve à Lagny en Seine et Marne, “Un siècle de Projecteurs Jouets” et “Documents autour de la lanternes magique”.

Guimet 12

Samedi 3 février 2018, spectacle de lanterne magique au musée Guimet à Paris. 40mn de projection associant le verbe, la musique et l’image, plus de 200 spectateurs “conquis” et beaucoup de plaisir pour tous, y compris moi-même, c’est un authentique succès ! « Merci Patrice et bravo pour le spectacle ! Quelle performance, quel travail que celui de lanterniste ! C’était aussi intéressant de regarder du côté de l’écran que de la lanterne… Très heureuse d’avoir vu pour la première fois la projection de plaques mécanisées. L’invention du trucage… » Caroline C. VOIR : Séance de Lanterne Magique au musée Guimet

Tournai repet

Juin 2018 à Chalon sur Saône et octobre 2018 à Tournai (Belgique), recréation du spectacle lyrique d’ombres projetées “Tournai”, donné pour la première fois dans la hall au draps de Tournai en 1898. VOIR : Spectacle d’ombres “TOURNAI”

Colloque Québec

Mai 2019, participation au colloque « Matérialité, esthétique et histoire des techniques. La collection François Lemai comme laboratoire » à l’Université Laval de Québec. Le but de ce colloque est de découvrir ce que les objets techniques et leur matérialité peuvent nous apprendre concrètement sur le cinéma, en lien avec les autres types d’archives. Il repose sur l’imposante collection d’appareils cinématographiques et pré-cinématographiques donnée à l’Université Laval par le collectionneur François Lemai en 2016.

Stras 01  Stras 02  Le WE des 21 et 22 septembre 2019, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, animation en Projections Lumineuses avec une lanterne de projection des années 30 à l’Université de Strasbourg.

 

Objectif et rêve ?

Depuis plus de trente ans, Patrice GUERIN partage sa passion en éditant des ouvrages, en participant à des expositions, en intervenant dans différents séminaires et colloques. « Mon objectif aujourd’hui… avoir les capacités d’en faire autant pendant vingt ans encore ! » dit-il avec un sourire malicieux. « Mon rêve récurent : pouvoir concilier les mondes de l’Entreprise, de l’Université de la Collection et de l’Art. »

Logo NiepceLumiere Portrait-24  Portrait 25  Membre des clubs NIEPCE-LUMIEREMAGIC LANTERN SOCIETY  –  ASEISTE

__________________

*Vulgariser : Mettre à la portée de tous des connaissances scientifiques ou artistiques.

 

Publié dans | 14 Commentaires »

Ombres chinoises et silhouettes

Posté par Patrice Guerin le 25 novembre 2011

Ombres chinoises et silhouettes dans Gravures et Chromos Ombre-13-131x150 Dessin de Freeman d’après le tableau de Wilkie – 1849  Ombre-26-150x99 dans Gravures et Chromos  Ombre-24-114x150 Carte découpée offerte par Phoscao

Les  ombres chinoises et autres silhouettes découpées sont des techniques très anciennes utilisées pour reproduire de façon réelle ou caricaturée des personnages ou d’animaux. Dans ces procédés la lumière éclaire le fond et la silhouette est en noir. Il existe un procédé inverse qui s’appelle les ombres blanches.

Voir : Projection d’ombres blanches et de silhouettes découpées

jeuxoptique07.vignette ombre02.vignette

- à gauche gravure de Schenau datant de 1750 environ ;
– à droite Portraits à la silhouette de 1904 par “Herman Braeuer, Portraitmaler, Dresden-A”.

Ombre-27-91x150  Les spectacles d’ombres chinoises furent introduits en France en 1784 par le sieur SERAPHIN, établi à Paris au Palais-Royal Royal « pour le plus grands bonheurs des enfants ». Il inspirera de nombreux prestidigitateurs dont ALBER qui fit de nombreux spectacles à la fin du XIX siècle.

« En présence du succès obtenu par les Ombres Chinoises présentées à Paris dans divers endroits, nous avons résolu d’en établir une première série à l’usage des amateurs désireux de sortir un peu du domaine des projections courantes ».

Ombre-06-150x61  Ombre-11-150x44

Voir : Histoire de l’entreprise MAZO

Au début du XXe siècle, plusieurs éditeurs présentent dans leurs catalogues consacrés à la projection, des séries de « Pièces à grand spectacles, Défilés, Vues, Transformations, Apparitions, etc ».  Pour cela le projectionniste doit disposer d’une seconde lanterne ou d’une lanterne “polyorama” et d’un châssis à coulisse spécial pour les défilés.

Voir : Lanternes multiples ou POLYORAMAS

Ombre-08-150x42

Le châssis va-et-vient “Minimus” de Mazo est construit en cuivre et aluminium, ce qui permet de le placer au plus près possible du condensateur. Il comporte un passe-vues normal (pour les décors par exemple) et un second espace permettant d’insérer une « bande comique ou un défilé d’ombres » à moins que l’on ne préfère y placer « une bande de verre blanc qui absorbe la chaleur ».

Voir : Plaques animées et plaques à système pour projection

Ombre-07-100x150  Ombre-12-300x165

De nombreux sujets sont proposés tels que des épopées militaires, des contes fantastiques ou religieux, des pièces comiques, des légendes, etc. Chacun de ces sujets est généralement composé de 10 à 15 tableaux colorés servant de décors et d’une dizaine de plaques d’ombres pour “défilés”. De plus chaque série est accompagnée d’une partition musicale (piano et chant) parfois accompagnée  d’un album illustré.

L’image colorisée ci-dessus est extraite du spectacle d’ombres “La Terre Promise” édité par la Maison de la Bonne Presse vers 1908. En voici la présentation «  grande pièce biblique en 10 tableaux avec défilés grandioses. Poème et musique de G. FRAGEROLLE, dessins de A. LEMOT. Tableaux et défilés : Moïse sur le mont Horeb – Le buisson ardent – L’exode à travers le désert – La mer Rouge – Les égyptiens engloutis – L’eau du rocher – La manne – La prière de Moïse – Le mont Sinaï – Les éclairs – Moïse parle à Dieu – La descente du Sinaï – Le veau d’or – Les fruits de la terre promise – Le mont Nébo – Apothéose ».

Voir : Histoire de la Maison de la BONNE PRESSESpectacle d’ombres artistiques ou le théâtre chez soi

Pour plus d’informations cliquer ici

 

Publié dans Gravures et Chromos | Pas de Commentaires »

Lanterne de projection TIRANTY Gnome

Posté par Patrice Guerin le 11 novembre 2011

tiranty18.jpg

Vers 1918/1919 les “Ets Ph. Tiranty Constr. Paris” fabriquent une toute nouvelle lanterne de projection “d’aspect assez élégant pour figurer dans un salon, de faible volume et de transport facile. Le GNOME est d’un réglage presque automatique et son fonctionnement ne présente aucun danger”. Celui-ci a beaucoup ,de ressemblances avec les modèles suivants : 
Les projecteurs UNIOGRAPHE et UNIONSCOPE des établissements UNION
Les projecteurs L. KORSTEN

tiranty11.jpg

Il s’agit d’une lanterne de projection de format tout à fait nouveau, particulièrement bien adaptée à l’éclairage électrique et à la projection des clichés de petit format obtenus avec le Vérographe ou le Vest-Pocket par exemple. Le passe-vues peut recevoir différents formats de plaques jusqu’à 8½x10cm, y compris les formats stéréoscopiques, permettant de présenter “l’univers tout entier, les merveilles de la nature, les explorations lointaines. Vos souvenirs personnels eux-mêmes peuvent, à votre gré, défiler sur l’écran… Il n’existe pas de distraction plus intéressante que le projection, ni de méthode d’enseignement plus attrayant et plus efficace”.

tiranty15.jpg tiranty16.jpg tiranty17.jpg

Le corps de la lanterne, en tôle lustrée, est monté sur un socle en bois, son objectif à crémaillère est un Petzal extra-lumineux et le condensateur de 109mm est pourvu d’une monture à griffes évitant la buée et les risques de bris du à l’échauffement. Un couvercle en tôle laqué protège la lanterne et permet de la transporter facilement “comme un instrument de musique… lorsqu’on désire donner une séance de projection hors de chez soi”. 

tiranty14.jpgtiranty13.jpg tiranty12.jpg

L’éclairage consiste en une simple lampe à filaments métalliques de 200 bougies montée sur un support à rotule qui permet de la centrer facilement. Elle peut se brancher directement sur le réseau électrique sans avoir besoin d’intercaler un rhéostat ou autre transformateur “Elle est d’une manipulation tellement facile que même un enfant peut sans danger la faire fonctionner aussi aisément qu’on allume une lampe électrique”.

tiranty19.jpg

Pour démontrer les qualités de son projecteur, les Etablissements Tiranty organisent des séances de projections gratuites tous les jours au 91 rue La Fayette à Paris Xe. En 1927, son prix est de 310 frs.

Voir : Histoire de l’entreprise TIRANTY

tiranty20.jpg

Il exista plusieurs lanternes de projection semblables à celle fabriquée par Tiranty, telle que ce “Petit appareil de projection” dénommé “Torpédo”, commercialisée vers 1928 par E. Zimmermann – Leipzig Berlin.

Voir :  Lanternes cylindriques horizontales des années 30

 

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaires »

Chargeur automatique pour lanterne de projection

Posté par Patrice Guerin le 7 novembre 2011

passevues2.jpg

Généralement, les lanternes de projection possèdent un passe-vues va-et-vient qui oblige à changer chaque plaque après sa projection, ce qui nécessite bien souvent un assistant chargé de ce travail « opération qui se passe dans l’obscurité et ne s’exécute guère sans qu’on ait à regretter le bris de quelques plaques ».

passevues.jpg

Le châssis automatique “Le Génie”, construit par M. DUCHENNE en 1899, apporte une grande simplification dans la pratique des projections. Il sert à la fois de magasin pour la conservation et le transport des diapositives et de passe-clichés pour la lanterne. Les magasins, qui peuvent contenir chacun cinquante vues, sont interchangeables, ce qui permet de préparer à l’avance toutes les vues d’une projection dans quelques magasins.

Passevues 3  Page du catalogue des Grands Magasins Dufayel, vers 1905.

Les clichés sont empilés à l’avance dans l’ordre et le bon sens de projection. Sous l’action d’un ressort situé dans chaque boîte, le cliché vient se positionner dans le passe-vues manipulé à la main avant d’être placé dans l’espace vide ménagé dans l’axe de projection. Sa projection terminée on ramène la tirette en arrière pour prendre la vue suivante qui poussera la précédente jusque dans le second magasin.

Source : La Vie Scientifique N°219 du 9 décembre 1899

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaires »

“OLYMPIA” la lanterne de projection automatique MAZO

Posté par Patrice Guerin le 21 octobre 2011

Cette lanterne de projection, fabriquée par l’entreprise MAZO, date de 1929.

Voir : Histoire de l’entreprise MAZO

mazoolymp02.jpg

Elle permet d’assurer le fonctionnement automatique ou commandé à distance du projecteur, ce qui est particulièrement utile pour la publicité ou pour le conférencier qui veut passer les vues sans l’aide d’un opérateur.

mazoolymp01a.jpg

Inventé par M. MARCOU, le dispositif principal de l’appareil consiste en une chaine continue constituée d’éléments amovibles qui permettent de l’allonger ou de la raccourcir selon le nombre de vues à projeter (format 8,5×10 cm). Celle-ci est entrainée par un tambour polygonal animé par un petit moteur électrique à l’aide d’une bielle et d’un disque rotatif de manière à ce que la chaine n’avance que d’un maillon à la fois.

Le passage des vues peut être totalement automatique ou commandé à distance par une poire permettant de couper et de rétablir le courant électrique, ce qui provoque l’apparition de l’image suivante.

La lanterne est un modèle professionnel, à corps spacieux, permettant de recevoir les éclairages les plus variés et les plus puissants, comme un système électrique complet de 650 w. Elle repose sur un pied d’atelier en chêne massif, inclinable et réglable en hauteur, extrêmement stable et peu encombrant, ce qui occupe une place réduite dans une vitrine par exemple.

Différents projecteurs “automatiques” ont été fabriqués par d’autres constructeurs.

Voir : Lanterne de projection MOLTENI télécommandée

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaires »

Lanterne universelle ICA Dresden

Posté par Patrice Guerin le 9 octobre 2011

Issue de la fusion de plusieurs sociétés allemandes de photographie, l’entreprise ICA fabrique une gamme complète d’appareils et accessoires consacrés à la projection fixe ou animé.

Voir : Projektions Apparat – ICA Dresden

ica20.jpg  ica21.jpg

En 1912, le journal ”Le Photographe” présente la Lanterne Universelle fabriquée par ICA.

ica22.jpg ica23.jpg

Celle-ci est composée de plusieurs parties : un corps de lanterne en épaisse tôle noir surmonté d’une cheminée au dessin particulier, fermée à l’arrière par un rideau de toile noir et complétée à l’avant par un gros condensateur de 14 cm. La source de lumière peut être électrique (arc ou ampoule) ou à gaz (chalumeau oxhydrique ou manchon de type Auer).

Cette lanterne est montée sur un socle en bois supportant le passe-vues. Il coulisse à l’avant pour ajuster différents équipements optiques. La présentation standard est composée d’un soufflet en cuir et d’un objectif à crémaillère.

ica25.jpg ica26.jpg

Il existe un système permettant de projeter à plat soit des documents opaques, soit des objets transparents, ainsi que des vues positives transparentes.

ica27.jpg ica28.jpg

Le système ICA possède de nombreux accessoires permettant d’effectuer des projections scientifiques avec ou sans microscope.

ica24.jpg

L’appareil est fournit avec un équipement complet permettant de mettre en place un véritable stand de projection.

Voir : Les tables de projection

Publié dans Lanternes projection, Projections scientifiques | Pas de Commentaires »

Projektions Apparat – ICA Dresden

Posté par Patrice Guerin le 23 septembre 2011

En 1909, quatre fabricants d’appareils photo allemands s’unissent pour former la société “International Camera Actiengesellschaft” (ICA) à Dresde. Il s’agit de : Hüttig AG à Dresde fondée en 1862, Kamerawerk Krügener à Francfort, Wünsche AG à Reick près de Dresde et de Carl Zeiss AG à Iéna. A cette époque Ernemann ne souhaite pas s’associer à ce groupe et reste indépendant.

icalogo.jpg Le premier logo de l’entreprise est une étoile à cinq branches. Plus tard ce logo sera remplacé par un ange porteur de lumière.

ica01.jpg ica02.jpg

Peu avant la Première Guerre mondiale ICA AG possède les plus grandes usines en Europe destinée à fabriquer du matériel photographique et cinématographique. 1500 personnes y travaillent et près de 10 000 appareils sont fabriqués.

ica03.jpg

ICA poursuit la fabrication de certaines séries d’appareils photos des sociétés fondatrices, mais développe aussi une gamme complète d’appareils et accessoires consacrés à la projection fixe ou animé.

ica04.jpg ica05.jpg ica06.jpg ica07.jpg ica08.jpg ica09.jpg ica10.jpg

Dans son catalogue de 1915, consacré aux appareils de projection, on trouve diverses lanternes de projection ou d’agrandissement, ainsi que de nombreux accessoires tels que supports, écrans, objectifs, systèmes d’éclairage, passe-vues et masques pour diapositives,  ainsi qu’une série de projecteurs cinématographiques.

Voir : Lanterne universelle ICA DresdenProjecteur fixe 35mm ICA

ica31.jpg Prêt d’un collectionneur allemand P.S. !

En 1926, ICA fusionne avec les sociétés ERNEMANN à Dresde, GOERZ à Berlin et CONTESSA-NETTEL à Stuttgart pour former la société ZEISS IKON.

Voir : ZEISS IKON A.G.

Publié dans Lanternes projection | Pas de Commentaires »

Lanterne de projection MOLTENI télécommandée

Posté par Patrice Guerin le 13 septembre 2011

molteniscient17.jpg Cette lanterne de projection “automatique” date de 1908/09 et complète la série de lanternes scientifiques MOLTENI présentée dans un précédent article.

Voir : Lanternes de projection scientifique MOLTENI

molteni07.jpg

Elle permet d’effectuer des projections lumineuses lorsqu’il n’y a pas de préparateur ou de garçon de laboratoire « indispensable pour assurer le service des projections pendant la leçon ». Le dispositif de passage de vues à distance, inventé par M. MOULIN, chef de travaux pratiques à l’école de Physique et de Chimie, permet de commander le passage des vues à l’aide d’un commutateur placé sur la table du professeur, relié par un fil électrique à un moteur à vitesse démultipliée situé sur le côté de l’appareil. « Il suffit pour provoquer le changement des clichés d’appuyer sur l’un ou l’autre des commutateurs si l’on veut passer d’un sujet au suivant ou même si l’on veut projeter à nouveau une vue qui a déjà été présentée ». Deux caissettes reçoivent les vues qui se classent en zigzag sans que les maillons de la chaine ne risquent de se coincer entre eux.

molteni08.jpg Elément de la chaîne, vu de face et de profil

Les clichés sont disposés les uns à la suite des autres dans une sorte de chaine entrainée par un tambour formé de deux disques reliés entre-eux à l’aide de six tiges rigides. Un petit moteur électrique, commandé par le professeur, fait tourner ce tambour. Chaque cliché est maintenu dans la chaine au moyen de ressorts verticaux reliant deux barrettes, l’une fixe et l’autre mobile. En inversant le courant dans l’induit, le conférencier peut à tout moment ramener sur l’écran une diapositive déjà projetée. Sur la table du professeur se trouve aussi un interrupteur commandant l’éclairage de l’amphithéâtre ainsi qu’un second permettant d’allumer l’arc électrique de la lanterne.

Source : CNAM – Conservatoire NUMérique http://cnum.cnam.fr

Différents projecteurs “automatiques” ont été fabriqués par d’autres constructeurs.

Voir : “OLYMPIA” la lanterne de projection automatique MAZO

Publié dans Lanternes projection, Projections scientifiques | Pas de Commentaires »

Projecteur CINESCOPE anglais

Posté par Patrice Guerin le 12 septembre 2011

Projecteur CINESCOPE anglais dans Projecteurs petit format cinescopegb4.vignette

Ce catalogue “Cinescope”, d’origine anglaise, date des années 1930. Il présente différents modèles de projecteurs cinématographiques destinés à un usage familial, d’enseignement ou professionnel, ainsi qu’une camera de prise de vues et un projecteur de vues fixes. Cette marque n’a apparemment aucun rapport avec celle du même nom existant en Belgique à a même époque.

Voir : Projecteur CINESCOPE ou Cinescopie

cinescopegb1.vignette dans Projecteurs petit format

Cet appareil est très solide, compact, avec une belle apparence et ne mesure que 40x17x15 cm. Il est très efficace et permet d’obtenir une image parfaitement claire jusqu’à un mètre de large. L’alimentation électrique peut être obtenue simplement en insérant la prise en forme de douille dans n’importe quelle lampe électrique ordinaire. Il est efficacement ventilé et possède un dos amovible (arc électrique ou ampoule à incandescence)  qui permet à la lumière d’être instantanément centrée avec le condenseur, une fois mis en place dans la bonne position. L‘ajout de tubes-allonge permet d’obtenir différentes focales de projection. Il est parfaitement adapté à la projection de diapositives ordinaires. Il peut aussi être utilisé comme lanterne d’agrandissement pour toutes types de plaques, ou encore comme source d’éclairage pour les projecteurs cinématographiques.

Il ressemble beaucoup à un certain nombre de petites lanternes électriques de l’époque.
Voir : RADIGUET & MASSIOT successeur de MOLTENI

cinescopegb2.jpg cinescopegb3.jpg

Cet appareil est livré complet avec, soit une lampe à arc, soit une lampe à incandescence de forte puissance, un socle en bois, 3 mètres de fil, un passe-vues et un objectif ; prix 3,20 £.

Source : Bibliothèque du Cinéma

Publié dans Projecteurs petit format | Pas de Commentaires »

123456
 

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus