Modern Kaleidoscope Magic Lantern

Posté par Patrice Guerin le 1 novembre 2020

Le kaléidoscope est un instrument optique réfléchissant ou projetant “à l’infini” des visions colorées mouvantes. Ce petit modèle en carton est à monter soi même.

Voir Kaléidoscope de projection

Kaleidoscope 7

Il est fabriqué en Chine par la Compagnie japonaise Artec. « Une grande partie de notre gamme de produits est créée pour répondre aux besoins d’un marché pédagogiqué. Notre équipe commerciale transforme les besoins des clients en réalité. »

Kaleidoscope 2    Kaleidoscope 8

La pochette contient de nombreuses pièces prédécoupées, y compris des lentilles optiques, des miroirs, une mini ampoule et les contacteurs nécessaires pour faire fonctionner le kaléidoscope.

Kaleidoscope 3   Kaleidoscope 4

« Mettez des perles transparentes ou des bandes de film dans la lanterne magique et vous pourrez projeter des images originales avec votre kaléidoscope !»

Kaleidoscope 5

« Avec le projecteur Kaléidoscope, créez un magnifique monde kaléidoscopique sur les murs de votre pièce. »

Des effets semblables peuvent être obtenus avec Les CHROMATROPES de projection.

Kaleidoscope 6

ARTEC C° Fabricant et vendeur de matériel pédagogique et de jouets CLIQUER ICI

 

 

Publié dans Images projetees, Projecteurs jouet | Pas de Commentaire »

Cuve Laboratoire pour Projections Lumineuses

Posté par Patrice Guerin le 13 octobre 2020

Les réactions chimiques se passant la plupart du temps dans des milieux liquides, plusieurs fabricants ont a été amenés à faire de petites cuves à parois de verre, les unes verticales, les autres horizontales.

CuveLabo 01  Document G.V.

La cuve la plus simple se compose d’une monture en bois de la dimension ordinaire des tableaux et garnie sur ses deux faces de glaces fixées au vernis copal ou au baume du Canada.

CuveLabo 02  Différents types de cuves dont une artisanale au milieu à droite.

Les constructeurs se sont ingéniés à perfectionner ces accessoires pour répondre aux besoins des démonstrateurs. Nous citerons entre autres la cuve démontable de MOLTENI (ci-dessus au milieu à gauche) et la cuve laboratoire que M. LAVERNE a construit sur les indications de monsieur FOURTIER et qu’ils ont présenté à l’Exposition Universelle de 1889.

CuveLabo 03  CuveLabo 04  “La Lanterne de Projection” manuel pratique par H. Fourtier, éditions Laverne 1889.

VOIR : Lanternes de projection scolaires à deux usages LAVERNE

Cette Cuve Laboratoire se compose d’une feuille épaisse de caoutchouc taillée en U et close de part et d’autre par des lames de verre épaisses que maintiennent deux plaques en cuivre oxydé, maintenues par des écrous. Cette cuve est placée sur un socle d’acajou qui porte deux colonnes à pinces mobiles, reliées à l’aide de bornes à une source électrique.

CuveLabo 05

Une série d’accessoires divers contenus dans un nécessaire : tubes de réactifs, fils de platine, pipettes, etc., complètent l’appareil et permettent de faire de nombreuses démonstrations dans les domaines de la Physique et de la Chimie.

CuveLabo 06Coffret d’accessoires LAVERNE.

 VOIR : Enseignement par les projections lumineuses MOLTENI et MEUNIER

 

Publié dans Accessoires et divers, Projections et Enseignement, Projections scientifiques | Pas de Commentaire »

Kaléidoscope de projection

Posté par Patrice Guerin le 30 août 2020

Le kaléidoscope est un instrument d’optique inventé et présenté par Sir David BREWSTER en 1816. En 1817, il brevète son idée, mais il semble que le brevet était mal formulé ce qui a permis de le copier facilement sans possibilité de recours juridiques. Il est devenu très populaire au milieu du XIXe siècle comme “divertissement de salon”.

Kaleidoscope 01  A Treatise on the Kaleidoscope par David BREWSTER, 1819. Collection privée.

« Il se compose d’un cylindre ou tube en métal ou en carton, dans lequel on a fixé longitudinalement deux glaces, ou miroirs, faisant entre elles un angle de 30 degrés, et dont le fond est fermé par deux verres transparents parallèles : l’un des fonds est dépoli et entre les deux on met de petits morceaux de verre ou de fragments informes, diversement colorés… Quand on tourne le tube, la figure change à chaque instant d’aspect. »(1)

Kaleidoscope 02  Kaléidoscope BREWSTER, vers 1820. Collection Science Museum.

Il s’agit d’un appareil à usage individuel. Si l’on veut partager ses effets surprenants devant un public plus nombreux, il convient de projeter ces images mouvantes à l’aide d’un objectif approprié muni de deux miroirs inclinés à 30° et d’un châssis rotatif dans lequel sont placés divers petits morceaux de verre par exemple.

Kaleidoscope 03  Gravure provenant de L’Art des Projections, par l’abbé MOIGNO, Paris 1872.

Pour effectuer une projection il faut une lanterne équipée d’un éclairage puissant – dans ce cas un chalumeau oxhydrique – un objectif “kaléidoscopique” équipé de deux miroirs dont la pointe du V est en bas et un châssis rotatif dans lequel se trouve des fragments de verre.

Kaleidoscope 04  Kaleidoscope 05  Kaléidoscope de projection Molteni.

Cet objectif particulier est vendu à partir des années 1875/80 par la Maison MOLTENI. Il est équipé d’un manchon possédant le diamètre exact des objectifs de la Maison afin de se substituer très facilement à un modèle standard.

Kaleidoscope 06  Extrait du catalogue Molteni N°89, 1ère édition 1901/02.

(1) L’Art des Projections, par l’abbé Moigno, édité par Les Mondes, Paris 1872.

VOIR : Modern Kaleidoscope Magic Lantern

 

 

Publié dans Accessoires et divers, Images projetees | Pas de Commentaire »

Les Opticiens CHEVALIER à Paris

Posté par Patrice Guerin le 7 août 2020

Un catalogue illustré sur les “Microscopes de Précision” de 1881, nous donne un certain nombre de précisions sur l’histoire de cette entreprise familiale qui a vu se succéder 4 générations.

A. Chevalier 01Catalogue Arthur CHEVALIER 1881.

De 1765 à 1804, Louis Vincent CHEVALIER se trouve au quai de l’Horloge du Palais à Paris.

De 1804 à 1830, Jacques Vincent CHEVALIER lui succède à la même adresse.

De 1830 à 1859, Charles et Arthur CHEVALIER s’installent au 158 galerie du Valois au Palais-Royal.

De 1859 à 1889 environ, le docteur Arthur CHEVALIER est “seul successeur” à l’adresse du Palais Royal.

A. Chevalier 02  Atelier d’optique de Charles et Arthur CHEVALIER au Palais Royal.

Arthur CHEVALIER est membre différentes Sociétés :
-       Société d’encouragement pour l’industrie nationale,
-       Société des ingénieurs civils,
-       Société libre des beaux-arts (président de la section de photographie)
-       Membre de la Société photographique de Paris et de Liverpool
-       Société Linnéenne et des sciences physiques et chimiques de Paris (1835),
-       Société des sciences physiques, chimiques et arts agricoles industriels (1832)
-       Société entomologique de France (1834).

A. Chevalier 03Objectif Charles CHEVALIER pour paysages. Collection Antiq-Photo.

Pour plus de précisions sur les objectifs CHEVALIER, cliquer ICI

Arthur CHEVALIER a reçu de nombreuses récompenses dont :
1867 Chevalier de l’ordre royal des SS. Maurice et Lazare.
1868 Chevalier de l’ordre royal de la Couronne d’Italie.
1870 Officier de l’ordre royal des SS. Maurice et Lazare.
1870 Officier d’Académie.

A. Chevalier 04  Megascope N°47 Arthur CHEVALIER Palais Royal.

VOIR : Le Mégascope réfracteur achromatique de CHEVALIER

La Maison CHEVALIER, à ne pas confondre avec l’Ingénieur CHEVALLIER, est à l’origine de nombreuses inventions dans le domaines de l’optique et de la photographie, dont :

VOIR : Plusieurs familles d’opticiens CHEVALIER à Paris

-       Le premier constructeur des microscopes achromatiques (1823).
-       L’inventeur de l’objectif double ou à verres combinés pour la photographie (1840).
-       L’inventeur du télescope dioptrique à verres combinés (1834).
-       L’inventeur de la machine pneumatique à mouvement continu, etc., etc.

A. Chevalier 05

Arthur CHEVALIER est l’auteur du Manuel du micrographe, du Manuel des myopes et des presbytes, de divers ouvrages sur la photographie, la chambre obscure, la chambre claire, les lorgnettes jumelles, et de L’Art de Conserver la Vue, dont il y eut au moins cinq éditions.. Il est lauréat (médailles d’or) aux Expositions nationales et à la Société d’encouragement.

VOIR : Microscope solaire de CHEVALIER

 

Publié dans Brevets et inventeurs | Pas de Commentaire »

London by Night

Posté par Patrice Guerin le 26 avril 2020

Le confinement est propice aux rangements en tous genres ; dans une collection, il y a de quoi faire !

London 01  London 02“London by Night”, une boîte parmi d’autres !!!

C’est ainsi que j’ai retrouvé une belle collection de 36 plaques photographiques sur Londres datant des années 1920 « les vues de Londres la nuit sont fantastiques et ont une atmosphère magique. » S.B. Les photographies en noir et blanc sont colorisées en jaune sur les lumières et les reflets dans l’eau.

London 03  London 04  London 05 Vues au format anglais 8,2×8,2cm.

Il fallait en faire un petit spectacle avec un accompagnement musical adapté. « Il doit bien exister sur Londres des chansons populaires comme nous en avons sur Paris ! » Après une recherche sur internet pour trouver une musique d’accompagnement appropriée et quelques échanges avec des membres de Magic Lantern Society pour savoir si les interprétations trouvées pouvaient convenir, nous avons obtenu l’accord d’un étonnant interprète, Peter Elgar.

London 06 Peter Elgar.

Seul impératif, il fallait que ce montage soit prêt pour être présenté en exclusivité au meeting de printemps organisé par Magic Lantern Society le 25 avril 2020…. Meeting “virtuel“ pour cause de confinement.

London 07  Issue 50 of “Connect” paru le samedi 26 avril 2020.

En 48 heures, les images ont été mises au format, la bande son adaptée pour obtenir un timing plus dynamique et le clip monté sur un logiciel vidéo tout en respectant les impératifs d’une projection avec lanterne magique afin de pouvoir être projeté en live.

London 08  Pour voir la video, CLIQUER ICI

 

Publié dans Evenements, Images projetees | Pas de Commentaire »

Carpenter & Westley

Posté par Patrice Guerin le 15 avril 2020

Carpenter 06Chauve-souris CARPENTER & WESTLEY, dessin extrait de l’une des deux plaques ci-dessous.

Philip CARPENTER (1776-1833) commence à travailler en 1808, en tant qu’opticien à Birmingham et se spécialise dans les lunettes et les microscopes. En 1817 le physicien David BREWSTER (1781-1868)  lui demande de fabriquer le kaléidoscope qu’il vient de breveter. Cet objet devient très vite populaire et permet à CARPENTER d’ouvrir un magasin de détail à Birmingham vers 1819. Deux ans après, il invente la lanterne de projection  “Phantasmagoria” qui servira de modèle à de nombreuses autres lanternes durant cinquante ans.

Carpenter 10Lanterne de projection  “Phantasmagoria” avec éclairage type Quinquet à huile.

VOIR : Lanterne magique vernie noire

« En 1823, autre événement dans le monde lanterniste : CARPENTER publie son ouvrage “Elements of zoology”… Ce texte est destiné à expliquer une série de 56 plaques en verre fabriquées et commercialisées par CARPENTER… Les verres circulaires sont fixés sur un long cadre en bois de pin percé d’ouvertures, et ils sont retenus par un cercle de fer. »(1)

Carpenter 01  Carpenter 02  Copper-Plate Slider Mammalia N°2 et 3 (Eléments de zoologie) CARPENTER & WESTLEY. 

A la même époque la Maison CARPENTER & WESTLEY commercialise une série composée d’une trentaine de tableaux simples ou animés sur l’astronomie dont les commentaires se trouvent dans un ouvrage publié en 1849.

Carpenter 05  Traité “Compendium of Astronomy”, CARPENTER & WESTLEY 1849.

« Le processus de transfert de CARPENTER à partir de plaque de cuivre était basé sur le procédé utilisé en céramique par SADLER et GREEN à partir de 1756… Ce processus ne permettait pas une reproduction en masse complète, car il nécessitait encore beaucoup de travail de la part des peintres comme le soutient BARNES : Il pourrait être faux de supposer que le contour était simplement “coloré” à la manière des gravures imprimées à l’époque ; au lieu de cela, l’impression du squelette (contour) était complètement transformée en une peinture miniature dont la qualité variait selon les compétences de l’artiste employé, et il n’y a jamais deux images identiques. »(2)

Carpenter 03  Carpenter 04  Copper-Plate Slider (Vues astronomiques) CARPENTER & WESTLEY. Eclipse de la lune (vue animée) et diagramme du soleil par rapport à la terre.

En 1826, il exerce sa profession d’opticien à Londres, 24 Regent Street. Après sa mort en 1833, l’atelier est repris par sa sœur Mary, mariée avec William WESTLEY, l’ancien contremaître de l’entreprise. L’entreprise cessera ses activité en 1914.

Carpenter 07  Carpenter 08  Carpenter 09 Vues astronomiques animées CARPENTER & WESTLEY.

La Maison CARPENTER & WESTLEY est présente à la première Exposition Universelle de 1851 qui se déroule au Crystal Palace de Londres. Elle y présente « des lanternes phantasmagoriques avec les derniers arrangements mécaniques et optiques et des peintures d’histoire naturelle et séries de diagrammes astronomiques »(3) 

(1)  “Le grand art de la lumière et de l’ombre – archéologie du cinéma” par Laurent Mannoni, éditions Natan, 1994, page 272.

(2) “Philip Carpenter and the convergence of science and entertainment in the early-nineteenth century instrument trade” par Phillip Roberts, dans Science Museum Group Journal, 2017, cliquer ICI.

(3)  Catalogue officiel de la grande exposition de 1851, Gallica.

 

 

Publié dans Images projetees, Lanternes magiques | Pas de Commentaire »

Le Diable à Paris : Paris et les Parisiens

Posté par Patrice Guerin le 6 mars 2020

DiableParis 01

DiableParis 02 Plaques de lanterne magique “Charivari infernal” par Lefranc janvier 1844.

Pour tout connaître des « Mœurs et coutumes, caractères et portraits des habitants de Paris, tableau complet de leur vie privée, publique, politique, artistique, littéraire, industrielle », il faut s’adresser à Satan et lire l’ouvrage collectif qu’il a publié en 1845.

VOIR : Plaques de lanterne magique diableries LEFRANC

DiableParis 03  “Le Diable à Paris : Paris et les Parisiens”, première édition de 1845 en 1 tome.

“Le Diable à Paris : Paris et les Parisiens” est un livre édité pour la première fois par HETZEL en 1845. Il a été doublé d’un deuxième tome en 1846. Par la suite, les différentes ré-éditions mentionneront 1ère et 2e partie en début d’ouvrage.

24552-14

L’idée est qu’un petit Belzébuth nommé “Flammèche”, secrétaire particulier du diable, doit lui rendre compte de la vie à Paris dont on dit le plus grand mal aux enfers… Il se nourrira des textes des plus grands auteurs de l’époque, pour faire son “rapport de stage”. Les hommes de lettres ne pouvant rien refuser au démon, vous le savez, ils posteront leurs courriers avec diligence dans le tiroir du diable !

DiableParis 05 “Flammèche, qui avait conservé son habit noir de Paris, vida au pied de Satan une corbeille remplie des cinquante livraisons formant le volume qu’il s’était charger de composer.”

“Flammèche” appela à son aide tous les dessinateurs les plus en vogue tels que GAVARNI et BERTALL, ainsi que tous les écrivains les plus spirituels qui « déposèrent à ses pieds des milliers d’articles » tels que BALZAC “Physiologie du mariage et Petites misères de la vie conjugale”, Alfred de MUSSET “Conseils à une Parisienne et Mimi Pinson”, GEORGE SAND “Les Mères de Famille dans le beau monde”, Léon GOZLAN “Les Maîtresses à Paris” et aussi Charles NODIER, Arsène HOUSSAYE, Gérard de NERVAL et HETZEL lui-même sous le pseudonyme de P.-J. STAHL.

DiableParis 06  DiableParis 07

“Le Charivari” en fit une savoureuse présentation dans son numéro 362, du samedi 28 décembre 1844 et conclut son article de la manière suivante : « Grâce à la haute approbation de Satan, “Le Diable à Paris” est tout aussi à la mode aujourd’hui en enfer que sur terre, et l’avis unanime est que jamais on n’a vu une plus réactive et plus spirituelle lanterne magique ; d’autant plus amusante, qu’on en jouit au coin de son feu, sans l’accompagnement obligé d’un orgue de barbarie et du charabia savoyard d’un Auvergnat ! »

VOIR : Montreurs de lanterne magique - Une séance de lanterne magique chez les Grandpierre

 

 

Publié dans Lanternes magiques | Pas de Commentaire »

Conférence : Les Projections Lumineuses des opticiens MOLTENI

Posté par Patrice Guerin le 25 janvier 2020

Affiche conf 10e  Jeudi 6 février 2020 à 19h, salle des fêtes de la Mairie du Xe Paris.

L’association Histoire & Vies du 10e a le plaisir de vous inviter à la conférence de Patrice GUERIN, historien et collectionneur. Il vous fera découvrir “Les Projections Lumineuses des opticiens MOLTENI”.

VOIR : Histoire de la maison MOLTENI

Cette conférence se déroulera le jeudi 6 février 2020 à 19h dans la salle des fêtes de la Mairie du Xe arrondissement de Paris (entrée libre). Elle sera agrémentée de projections de plaques anciennes.

Mairie Xe  Grand escalier de la mairie du Xe arrondissement de Paris. Source Wikimedia.

Les opticiens Molteni, d’origine italienne, installés à Paris dès le XVIIIe siècle, font construire en 1846, rue du Château-d’eau (n°44 actuel) une fabrique où des centaines d’ouvriers élaborent des instruments scientifiques de précision. Mais à partir de 1860, Alfred Molteni développe, techniquement et socialement, Les Projections Lumineuses.

VOIR : Les lanternes de projection MOLTENI

Pendant 40 ans, il en fera des milliers pour l’Instruction Publique et les conférences populaires, constituant une photothèque de près de 60 000 pièces. Son entreprise sera la première du genre en France, et la plus importante.

molteniatelier2.jpg  Atelier MOLTENI 44 rue du Château d’Eau, 1854.

 » Une fabrication de cette importance occupe nécessairement une date assez ancienne dans les fastes de l’industrie parisienne, et MM. MOLTENI et  Cie font remonter à l’an 1782 l’origine de la Maison qu’ils exploitent de père en fils depuis trois générations, avec un agrandissement progressif qui peut aujourd’hui la faire considérer comme la seule, tant en France qu’à l’étranger, qui soit parvenu à ce degré de perfectionnement. »  L’ILLUSTRATION du 2 décembre 1854.

0 Slides Molteni Paris.pptx Extrait des slides projetées durant la conférence.

 » J’ai assisté hier soir à cette conférence passionnante qui nous présentait la vie et l’oeuvre des Molteni, fabricants d’appareils d’optique, d’appareils de projection et de lanternes magiques. Occasion aussi de nous présenter le premier volume (sur trois) de son magnifique ouvrage encyclopédique consacré à cette dynastie italienne installée à Paris pendant plus d’un siècle. » A.K.

IMG_5422  2020-02 Ara1  Projection du “Tour du Monde en 80 jours”.

 

 

Publié dans Evenements | Pas de Commentaire »

Plaques de lanterne magique diableries LEFRANC

Posté par Patrice Guerin le 24 décembre 2019

 

Voeux2020

CLIQUER SUR L’IMAGE pour voir l’animation

“Diableries”, série de plaques déposée par LEFRANC en 1844. Collection Patrice GUERIN © décembre 2019.

Voir : Plaque animée Molteni Vœux 2017 - Petit spectacle de lanterne magique

Diableries 1  9×35,4cm

Diableries 2  9×35,4cm

Diableries 3  9×35,4cm

Le 5 janvier 1844, soit 4 ans avant la création de la Maison LAPIERRE, un certain LEFRANC fait un Dépôt Légal à la BNF de “Figures pour lanternes magiques”.

• VOIR : BNF

Il s’agit d’un recueil avec couverture rigide contenant 52 pages sur lesquelles sont imprimés les dessins destinés à tirer des plaques de lanternes magiques. Chacune de ces pages contient 3 à 6 dessins représentant exactement (à l’envers) ce qui sera reproduit (à l’endroit) sur les plaques de lanterne magique.

Figures pour Lanternes Magiques

En bas de certaines pages on peut lire « « Je certifie que le présent exemplaire est la reproduction fidèle d’une planche en cuivre dont je suis propriétaire. Batignolles ce 5 janvier 1844. Lefranc rue des Batignollaises* 11. »

Figures pour Lanternes Magiques

Ces dessins sont gravés sur cuivre puis imprimés sur papier en un certain nombre d’exemplaires. Ces dessins sur papier sont transférés sur les plaques de verre puis coloriés à la main avec des teintes transparentes. NB Les dessins sont toujours de la même taille quelque soit les dimensions des plaques.

Diableries 6  8×32,5cm

Diableries 7  8×32,5cm

   Voir : La tentation de Saint-Antoine le Grand - Spectacle de lanterne magique : TROPHONIUS et Geneviève de BRABANT - Le Diable à Paris : Paris et les Parisiens

 

 

 

Publié dans Images projetees | Pas de Commentaire »

Lanterne magique carrée en fer blanc

Posté par Patrice Guerin le 6 décembre 2019

Carré 01

Cette lanterne magique est l’une des plus anciennes fabriquées en série au cours du XIXe siècle. Ce sont probablement des artisans ferblantiers qui fabriquaient ce modèle pour le compte de divers opticiens. Elle figure dans plusieurs catalogues, malheureusement avant 1840 ceux-ci sont rarement illustrés.

Carré 1839 Belloq FB  Carré 1844 Buron  Carré 1853 Lerebourgs  Carré 1859 Chevalier  Carré 1859 Molteni  Carré 1860 Lapierre FB  Carré 1905 Deloye

De gauche à droite : 1839 Belloq (Collection FB) – 1844 Buron – 1853 Lerebourgs – 1859 Chevalier – 1859 Molteni – Vers 1860 Lapierre (Collection FB) – Et encore en 1905 Deloye

La lanterne magique carrée existe dans une dizaine de tailles différentes et possède souvent le même décor sur les trois coté : une étoile à cinq branches avec un cercle au milieu et quatre autres cercles identiques autour. Ces motifs peuvent être entourés d’un cadre.

Carré 05  Carré 06

Le système optique est très simple. Il est constitué d’une demi-loupe à l’arrière du tube objectif et d’une lentille bi-convexe sur la partie avant qui s’emboite dans la partie arrière. Ces lanternes ne possèdent pas de condensateur pour focaliser la lumière sur l’image à projeter. L’éclairage est généralement un godet rempli d’huile dans lequel trempe une mèche en coton. Certains éclairages possèdent un réflecteur à l’arrière pour renvoyer la lumière vers l’objectif.

Carré 07  Carré 08  Brevet Lapierre N°44 516 du 29 mars 1860

En 1860 la Maison Lapierre dépose un brevet pour améliorer l’aspect des pieds. « Jusqu’à présent les quatre pieds de ces lanternes magiques étaient tout ronds, sans aucune ornementation, c’étaient de petits cylindres en fer blanc, ou des cônes tronqués également en fer blanc, faits au marteau sur une bigorne ronde. J’ai pensé qu’il serait possible de les faire autrement et plus riches, et à cet effet j’ai fait établir des matrices convenablement disposées pour emboutir les pieds ornementés en cuivre, en zinc ou en fer blanc. »

Carré 09b  Carré 09a  Modèle Lapierre avec plaque “Breveté” située sur l’arrière

Fabriquée durant une centaine d’années, ce modèle subira peu d’évolutions. On peut trouver des exemplaires en cuivre, colorés et même des versions fantaisies fabriquées artisanalement.

Carré 10  Carré 11  Carré 12  Carré 13  Carré 14

 

A VOIR : La Lanterne Magique de Georges Mélies - La manufacture d’instruments d’optique BURON - FLORIAN “le Singe qui montre la Lanterne Magique” - Le Singe Montrant la Lanterne Magique - 

 

Publié dans Lanternes magiques | Pas de Commentaire »

12345...30
 

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus