• Accueil
  • > Projections scientifiques

Enseignement par les projections lumineuses MOLTENI et MEUNIER

Posté par Patrice Guerin le 15 février 2011

projmolteni03.jpg  projmolteni1885.jpg

« Doux, un peu rêveur, tous ceux qui ont connu celui que monsieur BARDY appelle “La projection faite homme” ont estimé en lui un caractère honnête et intègre. Il était des plus modestes et prodiguait des explications précises, pratiques, claires, toujours dites sur un ton aimable qui désire ne froisser personne. »* Alfred MOLTENI (voir PORTRAITS) consacre une grande partie de son temps à animer des conférences pour adultes ou dans le cadre de certaines manifestations. Durant 45 ans d’activité, il fit environ 12 000 séances ! Dans son livre intitulé “Instructions sur l’emploi des appareils de projection” MOLTENI indique en introduction « En projetant, on facilite l’enseignement d’une façon notable. Cela permet de mettre de la variété. Instruire en amusant, c’est ouvrir l’esprit de l’élève, lui donner le désir d’aller au-delà de ce qu’on enseigne… »

VOIR : L’enseignement par les yeux

Molteni 14  Conférence à La Sorbonne en 1880.

C’est ainsi qu’en 1880 il fait une conférence sur les projections lumineuses avec Stanislas MEUNIER (voir PORTRAITS) dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. Tandis que MEUNIER parle, MOLTENI manipule les appareils. Devant un public de pédagogues, ils projettent des vues transparentes telles qu’une éclipse de soleil grâce à un tableau animé, les globules du sang ou des photos de paysages, mais aussi des documents opaques sur lesquels l’orateur dessine en cours de projection et même des objets physiques transparents ainsi que de petits animaux vivants contenus dans des cuves en verre !

VOIR : La Ligue de l’Enseignement et l’Education Populaire - La Société d’Enseignement par les projections lumineuses - La Société Nationale des Conférences Populaires

projmoltenicuve2.jpg  Cuve sèche fabriquée en bois découpé en U avec deux plaques de verre et une fermeture à charnière sur le dessus pour contenir des animaux vivants : mouches, araignées, fourmis, etc. « Malheureusement la chaleur dégagée par le système d’éclairage faisait souvent griller les insectes ».

VOIR : Cuve Laboratoire pour Projections Lumineuses

Molteni 12  Appareil aux deux gaz fonctionnant avec un chalumeau oxhydrique

« Sa grande pratique des conférences et des manipulations difficiles ont permis d’assurer le succès de tous les événements auxquels il participait. Jusqu’en 1890, il fallait, pour la plupart des projectionnistes, préparer sur place l’oxygène et même l’hydrogène nécessaire à l’éclairage intensif. Aussi est-il resté longtemps partisan de la lampe à pétrole à plusieurs mèches, si difficile à régler. Ne disait-il pas à ses contradicteurs qui lui conseillaient d’utiliser la lampe à acétylène que “pendant deux heures ma lampe à pétrole n’oserait fumer devant moi !” ».*

VOIR pour exemple : Projection d’ombres pour le centenaire de Polytechnique

Molteni 13  Petites annonces parmi tant d’autres.  Source : Gallica

Pendant 45 ans, jusqu’en 1900, il n’y a pas eu de projections sans MOLTENI. Lorsqu’il ne pouvait aller partout, lorsque plusieurs séances avaient lieu le même jour et à la même heure, il allait à l’une d’elles en envoyant un homme expérimenté aux autres, après s’être assuré que les conférenciers seraient bien secondés par les projections. « Que de fois nous l’avons vu refaire de mauvais clichés qui n’étaient pas édités dans sa maison pour avantager un conférencier maladroit, étonné ensuite que la lumière de MOLTENI fut plus favorable que celle des autres projectionnistes. »  Source : Nécrologie parue dans “Le Moniteur de la photographie” du 31 décembre 1907, signée Charles GRAVIER directeur de la revue.

VOIR : La collection de diapositives MOLTENIFinition des vues sur verre - SIGNAL LAMP pour conférencier - Les projections à l’école

Publié dans Images projetees, Projections et Enseignement, Projections scientifiques | Pas de Commentaire »

L’abbé MOIGNO et la vulgarisation scientifique

Posté par Patrice Guerin le 16 janvier 2011

moigno02.jpgDans les années 1840 l’Abbé MOIGNO (voir PORTRAITS) s’intéresse à la projection en collaborant avec les inventeurs de lanternes de projection Jules DUBOSCQ et François SOLEIL.

Voir : Les opticiens SOLEIL, DUBOSCQ et PELLIN

Il est l’un des premiers sinon le premier à utiliser un appareil de projection dans ses conférences dans les années 1860. Mais la Ligue de l’Enseignement l’aurait contraint à suspendre les conférences qu’il organise à Saint-Denis en 1875, au nom de la laïcité !

Voir : La Ligue de l’Enseignement et l’Education Populaire

«  Le contraste est significatif entre le déclin des séances de projections que l’abbé MOIGNO organise à Paris, dans un milieu bourgeois qui n’en a guère besoin, et le succès considérable des réunions qu’anine, entre 1874 et 1877, son élève Emile REYNAUD au Puy, devant une population ouvrière avide d’informations sur les progrès techniques ». D’après A. Toledo dans “Contribution à l’histoire de l’enseignement de projections lumineuses. Les travaux de l’Abbé Moigno” 1976.

Voir : Emile REYNAUD, le Théâtre Optique et les Pantomimes lumineuses

moigno01.jpg

En 1852, il participe à la fondation de la revue de vulgarisation scientifique Cosmos, lancée par l’Espagnol Benito R. de MONFORT. Dix ans plus tard il quitte cette revue, qui avait été reprise en 1854 par l’éditeur parisien A. Tramblay pour fonder son propre magazine “Les Mondes” revue hebdomadaire des Sciences.

Moigno 03Revue “Les mondes” de l’abbé MOIGNO. Tomes 1 à 47 (1863-1878). Collection de l’auteur.

La direction de “Cosmos” passe alors sous la tutelle du journaliste scientifique Victor MEUNIER qui en prend le contrôle en 1867, la requalifiant de “Revue Politique et Sociale”. Il se fait assister par son fils, Stanislas MEUNIER (voir PORTRAITS), jusqu’au 27 août 1870. Source Wikipedia

 

 

Publié dans Brevets et inventeurs, Projections et Enseignement, Projections scientifiques | Pas de Commentaire »

Projection et amphithéâtres

Posté par Patrice Guerin le 23 décembre 2010

Dans son catalogue de 1903 la maison Demaria frères indique :

« Fournisseur du ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, de la ligue de l’Enseignement, du ministère des Travaux Publics, de l’école des Ponts et Chaussées, des Observatoires de Paris et de Meudon, du ministère de la Guerre, du service géographique de l’Armée… de l’école Estienne, de l’école Normale Supérieure, de l’école des Mines, de l’école des Hautes Etudes Commerciales de la chambre de commerce de Paris, de l’école de Médecine et de Pharmacie de Marseille… et d’un grand nombre d’établissements scientifiques, militaires et industriels de France et de l’étranger ».

amphi01.jpg amphi02.jpg amphi03.jpg amphi04.jpg amphi05.jpg amphi06.jpg amphi07.jpg amphi08a.jpg

De gauche à droite : Ecole Commerciale Paris – Ecole des Mines et de Métallurgie faculté technique du Hainaut – Institut National Agronomique – La Sorbonne Paris amphi Guizot – Lycée Voltaire Paris – Lycée Camille Sée Paris – Le Likès Quimper – Institut des Sœurs de S.S. Cœurs Ninove

Publié dans Lanternes projection, Projections et Enseignement, Projections scientifiques | Pas de Commentaire »

Chalumeau oxhydrique DUBOSCQ PELLIN

Posté par Patrice Guerin le 20 novembre 2010

Comme il n’était pas toujours possible de disposer de courant électrique, très cher et trop compliqué à produire sur place pour des présentations limitées, monsieur le docteur ROUX conseilla en 1888* à monsieur PELLIN de mettre au point un nouveau modèle de lanterne dont la pièce principale consisterait en un chalumeau vertical à gaz oxhydrique fonctionnant sur le principe mis au point par monsieur DRUMMOND.

Voir : Autres lanternes de projection DUBOSCQ PELLIN

Chalumeau oxhydrique DUBOSCQ PELLIN dans Projections scientifiques Duboscq-81-82x150

Dans les premières expériences, la flamme échauffe une petite sphère de magnésie ayant un diamètre de 5 à 6 mm qui est supportée par un fil de platine engagé dans l’axe du chalumeau. « Lors de l’allumage, il faut prendre soin de chauffer progressivement la sphère de magnésie pour éviter qu’elle n’éclate. On obtient ensuite une lumière très intense, qui est constante et photogénique. La dépense d’oxygène ne dépasse guère les 30 litres à l’heure sous une pression de 10 centimètres d’eau. Une même sphère peut servir à l’éclairage pendant 60 à 70 heures ».

Voir : La lumière DRUMMOND et les chalumeaux oxhydriques

Duboscq-82-66x150 dans Sources lumineuses  Duboscq-83-123x150  Duboscq-84-150x112

Par la suite, la lumière est produite par un fragment de chaux portée à très haute température par la flamme d’un chalumeau fonctionnant avec un mélange d’oxygène et d’hydrogène. Deux tubes en Y renversé permettent l’arrivée de l’oxygène et de l’hydrogène nécessaire à l’alimentation du chalumeau qui est formé de deux tubes concentriques permettant de mélanger les gaz au moment de la combustion.

Duboscq-85-150x119

On trouve dans les catalogues DUBOSCQ – PELLIN du XIXe siècle, la description de la lanterne ci-dessus, ainsi que d’autres systèmes d’éclairages dont le fameux régulateur électrique de FOUCAULT.

Voir : La maison d’instruments d’Optique et de Précision SOLEIL – DUBOSCQ – PELLIN
Régulateur à arc électrique FOUCAULT DUBOSCQ

______________________________

* Rapport fait le 13 juillet 1888 par monsieur PRUNIER, au nom du Comité des arts économiques devant la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale.

 

Publié dans Projections scientifiques, Sources lumineuses | Pas de Commentaire »

Microscope solaire de BERTSCH

Posté par Patrice Guerin le 17 novembre 2010

Microscope solaire de BERTSCH dans Lanternes projection megascopg03

Vers 1860, BERTSCH (voir PORTRAITS) invente un microscope solaire de projection permettant de faire des agrandissements importants en utilisant le soleil comme source d’éclairage.

Voir : Microscopes solaires de projection

bertsch-01-150x94 dans Projections scientifiques  bertsch-02-150x94  bertsch-03-300x167

Le microscope de BERTSCH était à la fois l’un des plus perfectionnés et des plus simples à utiliser. Il était de bonne qualité à condition de n’employer que de très petits clichés de 6cm de côté.

bertsch-04-150x78 Microscope solaire de projection BERTSCH sans son support de présentation

Malheureusement il est venu trop tard car les puissants systèmes d’éclairage oxhydrique apparus en 1850 permettent de se passer du soleil comme source lumineuse.

Voir : Régulateur à arc électrique FOUCAULT DUBOSCQ

 

Publié dans Lanternes projection, Projections scientifiques | Pas de Commentaire »

1234
 

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus